Hôtel Mariador RésidenceLes différents gérants des complexes hôteliers de Conakry, vivent dans l’amertume et la désolation totale, depuis l’annonce officielle  de cette maladie en Guinée a constaté votre quotidien Guineematin.com ce lundi 25 août 2014.entrée  Parmi les hôtels qu’on a sillonné ce matin, les gérants  nous ont tous signifié ‘’le manque total de clients  et l’indifférence de l’Etat face à leurs situation. Ne sachant plus que faire par l’absence totale des clients, désœuvré, désorienté, et déçu, le gérant de l’hôtel Mariador résidence,  Abdoulaye Sylla, nous a signifié que parmi les 44 chambres que compose l’hôtel, il n’y a qu’une seule cliente de nationalité sud Africaine et cela depuis trois semaine. Cette cliente, explique-t-il, a peur de retourner chez elle, car l’Afrique du sud a ordonné la fermeture de ses frontières à tous les pays touchés par ce virus. Selon, M. Sylla, l’hôtel Mariador avait toujours été rempli  par les étrangers. Mais, maintenant, il n’y a aucun client ! C’est la’’ désolation totale qui nous frappe car on ne sait plus que faire’’. En ces moments difficiles, « Tous les employés, y compris les pères de familles, sont tous partis en congé technique parce qu’on n’a pas d’argent pour les payer, étant donné que l’hôtel est vide. On fait fonctionner deux groupes électrogène de 150 KVA et de 250 KVA consommant respectivement 30 et 40 litres par heure. Avec toutes ces dépenses, l’Etat demeure  insensible à notre sort, il exige le payement des taxes  sans aucune restriction comme  si nous sommes en temps normal».

De son côté, l’hôtel le ‘’miel’’ est totalement vide ! Rencontrée par Guineematin.com dans son hôtel, Madame Gaussienne, gérante de l’hôtel le ‘’miel’’, a dit que « toutes les 30 chambres sont vides. Il n’y a aucun client». A en croire cette dame, qui est assise seule dans son bureau en train de méditer,  elle compte renvoyer, dans les prochains jours, tous les employés étrangers et cela après avoir déjà renvoyés les travailleurs  guinéens il y a de cela deux semaines.
Dans les autres complexes hôteliers, comme le ‘’Palme’’, ‘’Riviera’’, et l’hôtel de ‘’l’indépendance’’, il y a une présence relative des clients, mais pas comme d’habitude. C’est pourquoi, les gérants de ces établissement là aussi demandent de façon unanime à ce que l’Etat pense à eux en réduisant ne serait-ce que pour cette période de crise
les taxes.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Commentaires