Aeroporto_de_Congonhas_-_AeronavesTrois jeunes compatriotes en provenance de Conakry, voulaient se rendre au Brésil par la RAM (Royal Air Maroc). A à l’aéroport Congonhas de Sâo Paulo (Brésil), ces compatriotes ont été ‘’isolé’’, complètement mis à l’écart dès qu’ils ont été identifiés avec le passeport guinéen. Après la formalité des autres passagers venus avec eux à bord de la RAM, nos compatriotes ont instantanément été rembarqués pour le Maroc, a appris Guineematin.com auprès d’un de ces « aventuriers ».

Le guide qui les attendait à l’aéroport, lassé d’attendre, a contacté Conakry pour avoir les nouvelles ; malheureusement, on lui annonça que les jeunes ont été refoulés de l’aéroport de Sâo Paulo, alors qu’ils avaient tous leurs documents en règle.

Une fois au Maroc, n’ayant plus d’espoir, l’un d’entre eux a regagné la capitale ‘’Ebolatée’’ de Guinée, a confié le pauvre « aventurier », au téléphone de Guineemtin.com

Les pays étrangers ne sont pas convaincus de la gestion de la fièvre hémorragique à virus Ebola par les autorités guinéennes, accusées par certains opposants de mélanger les campagnes de sensibilisation politique à la lutte contre Ebola. Sans compter les nombreux soupçons de détournement dont les kits de protection, offerts gracieusement par les partenaires techniques et ONG, qui sont détournés et vendus sur le marché, notamment à Madina (cf : http://guineematin.com/?p=3615)…

Récemment, alors que le syli national de Guinée devait disputer un match contre les Crans ougandais, les autorités de Kampala n’avaient concédé à accorder leur visa qu’à 25 personnes parmi les joueurs, encadreurs, dirigeants sportifs, journalistes, supporters… La ministre des Sports, Domani Doré, était obligée de renoncer au voyage ougandais et de rentrer à Conakry attendre le résultat du match.

Dans le voisinage de la Guinée, seul le ‘’pauvre’’ Mali laisse encore les guinéens accéder ‘’librement’’ à son territoire. Chez les autres, les Guinéens sont tous interdits de franchir leurs frontières.

Même la ‘’petite’’ Guinée Bissau a décidé de se couper de ses voisins guinéens tant qu’ils ont Ebola sur le territoire national !

Qui voulait que notre pays soit derrière ? Guinea is back !

Abdoulaye Oumou

Facebook Comments