Le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, Ibrahima Kalil Konaté a lancé la formation de 7 149 enseignants de l’élémentaire ce jeudi 03 juillet 2017 à l’université Nelson Mandela de Matoto. Venus des quatre coins de la Guinée, ces enseignants vont suivre une formation d’un mois avant de rejoindre, a appris sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

C’est le Directeur Communal de l’Education de Matoto, Fodé Sylla qui a ouvert la séance tout en apportant des précisions sur le nombre de participants et les niveaux concernés. « Nous avons au total trois mille cent quarante neuf (3149) du tiers-faible, deux mille (2000) du tiers-moyen deuxième corps, deux mille (2000) du tiers-moyen troisième corps », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, monsieur Sylla a rappelé les objectifs de ladite formation : « cette formation vient renforcer les compétences académiques et pédagogiques des enseignants de l’élémentaire. Renforcer les capacités de l’enseignant, c’est l’aider à jouer efficacement son rôle dans le processus de transmettre des compétences aux élèves, parce qu’il doit être capable d’user de ses expériences et posséder des activités liées à l’enseignement-apprentissage, afin d’aider l’élève à maîtriser le contenu du programme national en vigueur », a dit Fodé Sylla directeur communal de l’éducation de Matoto.

Le ministre de tutelle, Ibrahima Khalil Konaté a insisté sur la qualification de l’éducation guinéenne. «Quand nous allons bien travailler sur l’élémentaire, on ne travaille pas sur le secondaire, c’est-à-dire le collège. Le fossé qui existe entre l’élémentaire et le secondaire est très petit », soutient-il.

Parlant des reformes en cours, le ministre a fait savoir que dans son département « nous avons initié un projet de décret qui va restructurer le ministère de l’enseignement pré-universitaire pour annuler totalement la Direction Nationale de l’Enseignement Élémentaire qui sera remplacée par la Direction Nationale de l’Enseignement Fondamental. L’enseignement fondamental est l’enseignement de base, c’est-à-dire qu’on va ramener le collège dans le même paquet que l’élémentaire », a dévoilé monsieur Kourouma.

En outre, un autre projet de décret portant sur la création d’un lycée technique est en cours, a-t-on appris sur place. « Si ce décret passe, nous allons donner des filières à l’enseignement secondaire au lieu de dire Sciences Mathématiques, Sciences Sociales ou Sciences Expérimentales. C’est vague et ça forme des chômeurs. Si on créait les lycées techniques, là il y’a toutes les filières : la maçonnerie, la menuiserie, la mécanique, l’électricité… On va diversifier pour que les enfants guinéens cessent d’aller jusqu’à l’université pour avoir un métier alors qu’au secondaire déjà ils peuvent avoir de la prouesse et l’habileté de se trouver un métier », a précisé Ibrahima Kalil Konaté.

Cette formation ouverte cette année sera animée par 476 formateurs et les enseignants seront répartis dans 131 centres dans les DCE et DPE du pays. Les enseignants bénéficiaires de cette formation seront outillés en français, mathématique et en pratique professionnelle.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com