A l’occasion de la clôture de son atelier de planification des opérations électorales, la CENI (Commission Électorale Nationale Indépendante) a annoncé la date 04 février 2018 pour la tenue des élections locales hier, lundi, 25 septembre 2017. Après cette annonce, le président de la CENI a conféré avec les médias nationaux et internationaux dans un réceptif hôtelier pour parler de ce chronogramme.

Tout d’abord, Me Salif Kébé a précisé que ce chronogramme a été obtenu en commun accord avec les représentants des partis politiques de l’opposition et de la mouvance présidentielle, les partenaires et le gouvernement. « Après avoir déroulé toutes nos activités sur 120 jours, nous sommes tombés effectivement sur le 04 février 2018 comme date technique de la CENI. C’est ce que nous allons soumettre aux autorités pour décision à prendre. Nous rappelons également que tout ce qui pouvait être comme goulot d’étranglement ou des contraintes de nature à empêcher ces élections ont été levés ou sont en voie d’être levés définitivement », a-t-il indiqué, ajoutant que le déroulement de ce chronogramme commencera dans seulement quelques jours, précisément le 07 octobre 2017.

Interrogé sur d’éventuels contraintes qui pourraient se poser à son institution par rapport à ce chronogramme, le président de la CENI a voulu être rassurant. « Les discussions sont à un tel niveau qu’il serait extraordinaire que les contraintes ne soient pas levées avant le 07 octobre 2017. Aux dernières nouvelles, l’argent n’était pas dans les caisses de la CENI. Mais, les engagements ont été pris à un tel niveau que nous sommes convaincus que cela ne va pas être un empêchement d’aller à l’organisation de ces élections », a expliqué le président de la CENI.

Concernant le nombre de magistrats, maître Salif Kébé a expliqué : « Depuis, le nouveau code révisé, le nombre de magistrat aussi n’est pas un problème, nous préconisons de présider deux magistrats pour un CACV. Maintenant, est-ce que c’est le magistrat président qui va se déplacer pour aller vers les CACV ou est-ce que les membres des CACV vont se déplacer pour aller à une zone unique ou le magistrat va siéger ? Toutes ces questions ont aujourd’hui été prisent en compte ».

Enfin, les démembrements de la CENI ne doivent patienter qu’un tout petit peu… Selon maître Amadou Salif Kébé, le retard du paiement de ces démembrements, initialement annoncé ce lundi, devrait intervenir d’ici demain, mercredi.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments