Madame Yansané Fatou Baldé

La Coalition des Femmes Leaders de Guinée (COFEL), en partenariat avec l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique, a organisé une formation dénommée « Coaching et Appui aux Femmes Candidates aux Elections locales 2018 en Guinée ». L’idée vise à outiller les femmes candidates au scrutin sur les questions électorales afin d’obtenir un maximum de places lors des élections locales du 04 février prochain, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a suivi la rencontre.

Selon la directrice exécutive de la COFEL, madame Yansané Fatou Baldé, c’est dans le souci d’accroître la représentativité féminine au niveau des communes, districts et quartiers que cette formation a été organisée.

« Il fallait d’abord penser par les former à comprendre les enjeux de la gouvernance locale. Cette première étape est passée avec l’appui du PNUD. L’ambassade des Etats-Unis a pris le relais en donnant la possibilité aux femmes qui sont réellement inscrites sur les listes électorales de suivre une formation en terme de renforcement de capacité, de comment écrire leurs discours, leurs programmes de société et comment défendre ce programme devant les électeurs pour plus de chance d’être élue », a expliqué madame Yansané Fatou Baldé.

Dans ce coaching des femmes candidates aux élections locales, plusieurs thèmes ont été développés témoigne le formateur, monsieur Abou Yamuimona.

M. Abou Yamuimona

« Le thème principal, c’est la conduite d’une campagne électorale pour les femmes. Mais, au préalable, il faudrait que les femmes candidates connaissent c’est quoi une décentralisation parce qu’elles seront des élues locales. C’est pourquoi, on renforce leurs capacités également en collectivités locales, en connaissance du processus électoral guinéen, en condition d’une élection démocratique. Parce qu’elles doivent veiller à la régularité et à la sincérité du scrutin et doivent en connaître les principes ».

La représentante de l’UFDG à cette formation, Hadja Mariama Benté n’a pas caché sa satisfaction : « J’ai assisté à beaucoup de formation ; mais, pour le cas précis d’aujourd’hui, c’est plutôt ce calcul du quotient électoral qui m’a le plus impressionné parce que je me suis jamais retrouvée dans ce calcul là. J’ai été présidente, vice-présidente et secrétaire dans des bureaux de vote ; et, une fois on fait le calcul, on écrit sur papier les suffrages exprimés, les bulletins nuls et les abstentions. Je ne m’étais pas intéressée parce que je ne savais pas si on le faisait. C’est une première pour moi », a-t-elle expliqué.

Enfin, la directrice exécutive de la COFEL, madame Yansané Fatou Baldé, a demandé aux femmes candidates d’aller sur le terrain en prenant en compte les conseils prodigués.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin