Au cours de l’assemblée hebdomadaire de ce samedi 2 décembre 2017, l’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR) a demandé l’annulation de la caution fixée par la CENI pour les prochaines élections locales. C’est monsieur Gandho Barry, membre du bureau exécutif, qui a donné cette information, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Une caution qui s’élève à 3 millions de francs guinéens pour les communes rurales et à 8 millions pour les communes rurales. Dans sa communication, monsieur Gandho Barry a laissé entendre que le montant est exorbitant et l’UPR n’acceptera pas cette caution. « L’UPR n’acceptera pas cette caution. Nous ne sommes pas d’accord. D’ailleurs, la CENI doit enlever cette caution. Il ne doit pas demander des cautions aux candidats. Comme il n’y a pas de subvention, la CENI doit mettre à côté le problème de caution » a-t-il lancé sous un tonnerre d’applaudissement des militants.

Dans la même lancée, le secrétaire général chargé des questions électorales, monsieur Aboubacar Biro Barry, a dit que c’est l’Etat qui devrait subventionner les partis pour ces élections locales. « Dans les conditions normales, on devrait subventionner les partis politiques pour leur permettre de faire librement leur campagne. C’est ce qui devrait être. Au lieu de leur demander des cautions, il devrait les subventionner. Plus grave, on parle de plafonnement des dépenses à six milliards… Ça, c’est grave. C’est du jamais entendu. Si on parlait des présidentielles ou des législatives, on peut comprendre. Mais là aussi par parti et non par liste. Mais pour des élections locales, on désigne six milliards, c’est très grave. Donc, nous devons quand même se ressaisir et se lever, maîtriser nos textes pour protester parce que la Guinée appartient à tous les guinéens », a-t-il martelé.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 664 413 227/654 416 922

Facebook Comments