D’hier jeudi 09 à aujourd’hui, vendredi 10 novembre 2017, les manifestations anti-délestage de Sangaredi ont entraîné neuf (9) blessés, à en croire nos sources au service des urgences du centre de santé de Sangaredi, sis au quartier Limanya, a rapporté l’envoyé spécial de Guineematin.com dans cette sous-préfecture.

Selon une des infirmières rencontrées au service des urgences, il y a déjà eu neuf (9) blessés dont deux (2) du côté des forces de sécurité et sept (7) manifestants, qui ont été pris en charge par leur service. « Tous ceux qui sont venus sont pris en charge, ils ne payent rien ! Il y a certains même qui nous menacent si on ne les traite pas vite », a-t-elle précisé.

A part ceux qui sont admis au centre de santé, la croix rouge signale qu’il y a beaucoup d’autres blessés sur le terrain, majoritairement du côté des agents de la sécurité. Mais, faute d’équipements et de moyens financiers, elle ne peut s’occuper de tous les cas.

Par ailleurs, on fait savoir que quelques domiciles privés auraient été attaqués, notamment dans la cité, la résidence du Directeur de la mine de Sangaredi, monsieur Sékou Bereté, a été vandalisé et dépouillé de tout son contenu par les manifestants. C’est le cas également du domicile de Madame Bah, la cheffe du laboratoire de l’hôpital de la CBG, voisine du Directeur général, qui a également tout perdu…

Aux environs de 18 heures, les affrontements entre les jeunes de la banlieue (les banlieusards) et ceux de la Cité (les citadins) associés aux forces de l’ordre ont repris avec une grande intensité. Les deux camps échangent gaz lacrymogènes et cailloux.

A suivre !

De Sangaredi, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com