ébola1-300x199Un rapport médical, lu pour vous par Guineematin.com, révèle que, contrairement aux déclarations du gouvernement, la fièvre hémorragique à virus Ebola a déjà occasionné, parmi nos compatriotes, 303 morts et seulement 110 guéris sur les 413 cas recensés sur le territoire national. D’où l’impérieuse nécessité de multiplier la sensibilisation…

Selon nos consultants médicaux, ce fort taux de mortalité est essentiellement dû au retard (voire manque) de prise en charge des personnes contactes. Le constat effectué sur la présence de ce virus maudit dans notre pays révèle que le taux de mortalité pour les cas confirmés est plus bas que pour les cas suspects, encore plus bas que celui des cas probables.

C’est ainsi que les médecins constatent une meilleure maîtrise de la maladie quand le malade se dirige vers un centre de santé dès les premiers symptômes que lorsque le patient retarde de se faire prendre en charge par un médecin.

Sur le plan national, il est aisé de constater que la fièvre hémorragique à virus Ebola a fait énormément de dégâts sur les sujets suspects et probables. Plus clairement, il y a eu, à la date du 30 Juin 2014, 303 décès sur les 413 cas soit 73,4%. Donc, seuls 110 malades sont sortis guéris des différents centres de traitement de Conakry et de l’intérieur du pays, soit 26,6%.

A préciser que le gouvernement guinéen, depuis un certain temps, ne prend plus en compte les cas suspects (32 au total dont 28 décès et 4 vivants) et les cas probables (88 dont 82 décès et 6 vivants) d’où il ne mentionne que 293 cas au total dont 193 décès et 100 guéris… c’est d’ailleurs là l’origine de la ‘’guerre des chiffres’’ entre l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le gouvernement guinéen sur les chiffres de la même période.

Nouhou Baldé

Commentaires