Publireportage : Pour vivre avec bonheur les fêtes de fin d’année, la ville de Fria est entrée dans la danse des villes illuminées. Partout, des lumières multicolores sont installées sur les arbres et les poteaux électriques se trouvant au bord des routes principales. En plus de l’installation des lustres lumineux dans les rues, les décorations de formes géométriques submergent les devantures des habitations, boutiques, magasins et autres hangars abritant des marchandises, a constaté la correspondante de Guineematin.com sur place.

De la station Total au quartier Aviation, en passant par Katourou et Sabendè, le constat est le même. Il suffit que la nuit tombe pour voir la ville briller comme une parure !

Frappée par ce vif éclat, la nouvelle génération qui n’a pas connu le temps des français dans cette ville, jadis très attirante, est à la fois ébahie et ravie. Les adolescents passent leur temps à se photographier auprès de ces lumières et à les publier sur les réseaux sociaux parce que pour eux,  c’est du jamais vu. « C’est ma première fois de voir Fria dans cet état. Comme je ne sais pas quand est-ce que ce sera encore fait, je profite avec des amis. Nous veillons ici tous les jours, nous prenons des photos pour les publier et permettre à nos amis qui sont ailleurs de savoir que Fria est redevenue « petit Paris » comme le disent nos parents », a confié Morciré Soumah, un jeune de 17 ans rencontré vers l’hôpital Pechiney.

Pour les adultes, c’est une chance et une joie de revivre cette vieille habitude. Selon Elhadj Mamadou Diallo, les français de la société Pechiney illuminait le centre ville à la fin de chaque année. « Les lumières que je vois aujourd’hui me rappellent les années 80-90, au moment où les français étaient là. Chaque fin d’année, ils illuminaient la ville pour le bonheur des friakas. Si en 2016 je revois ça- même si c’est plus que ce que les français faisaient, parce que eux n’illuminaient que le Plateau, mais cette fois, c’est toute la ville qui brille- je ne peux que m’en réjouir et dire merci à l’initiateur », a déclaré Elhadj Mamadou Diallo, ancien travailleur de l’usine Friguia à la retraite.

Ce geste offert à la ville par un fils de Fria, Aboubacar Makhissa Camara, Directeur national des impôts, est vivement salué par la population de Sombory qui s’engage à veiller sur ces installations lumineuses qui vont ainsi leur permettre de passer de merveilleuses fêtes de fin d’année.

De Fria, Djenabou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (224) 628 28 67 44/ 657 10 69 95

 

Commentaires