Arrivée du président Condé à la mosquée de Pita

Arrivée du président Condé à la mosquée de Pita

C’est ce matin, lundi 20 octobre 2014, que l’organisation mondiale de la santé a annoncé la victoire du Nigéria sur la maladie à virus Ebola, après 42 jours- soit deux fois la période maximale d’incubation du virus (21 jours)- sans aucun nouveau cas dans le pays.

Ainsi, 3 mois après avoir enregistré le premier malade d’Ebola (importé), le Nigéria a gagné son combat contre Ebola avec « seulement » 20 victimes dans ce pays de 170 millions d’habitants, dont huit sont décédées, au moment où la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone dépassent le cap des 4 500 morts…

Le secret du succès nigérian

 

Selon les experts, la victoire nigériane contre Ebola est due à la rapidité de la réaction des autorités qui ont déployé des équipes chargées de surveiller toutes les personnes entrées en contact avec des malades, stoppant ainsi la chaîne de contamination.
 

Les reproches qu’on fait à juste titre aux autorités guinéennes sur leurs échecs contre Ebola

 

Alors que la maladie tuait et contaminait en chaîne depuis décembre 2013, les autorités guinéennes ont nié l’existence d’Ebola chez nous pendant au moins trois mois. Certains parlent d’une décision qui aurait permis d’éviter l’annulation de la visite du roi Mohamed VI à Conakry…

Seulement, depuis que la présence d’Ebola a été annoncée au mois de mars par la Guinée, le pouvoir ne s’est jamais mis dans une logique de combat véritable contre l’épidémie. Au contraire, nos autorités ont commencé par nier et contester les chiffres et les moins de lutte. Pendant que l’OMS, la croix rouge, MSF et autres tiraient la sonnette d’alarme pour dire au monde entier qu’Ebola est une épidémie sans précédent et qu’elle risquait de devenir hors-contrôle si tout le monde ne se levait pas, les autorités guinéennes- par la voix même du président Condé- ont laissé entendre que les ONG internationales voulaient tout simple envenimer une situation sous contrôle et qu’on va vaincre les semaines qui suivent pour se faire des sous, etc.

Malheureusement, plus de dix mois après les premiers cas en Guinée, les rassemblements, mamayas et tous les autres comportements à risque se poursuivent un peu partout en Guinée, les moyens consentis pour la lutte sont utilisés à d’autres fins, au grand dame du peuple.

Bref, les Guinéens continuent à se mentir et croient tromper le monde entier sur « les mesures prises » pour lutter contre Ebola, alors que les comportements à risque sont toujours en cours. Il serait grand temps de revoir la copie et d’appliquer l’exemple nigérian pour une « vraie » lutte contre Ebola afin que les Guinéens ne soient pas vus partout comme des Ebolatés…

Nouhou Baldé

 

Commentaires