« Sincèrement, mon souhait, c’est qu’en 2018, Bantama Sow, en tant que fils de Mamou et en collaboration avec la jeunesse, les autorités, la ligue et le district de football de Mamou, que je prenne toutes les disciplines sportives, pour que Mamou soit hissé au sommet du sport de la Guinée. Parce qu’on ne pardonnera pas le ministre des sports si sa préfecture ne peut même pas jouer en deuxième division », a révélé le ministre Bantama Sow, accueilli hier, Vendredi 22 Septembre 2017, au complexe de Basket et de Volley Ball de Mamou par un public compact d’amoureux de la culture et des sports, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

Pour faire le terrain de Mamou, explique le ministre Bantama Sow, il faudra faire des travaux pour contrôler les eaux de ruissellements qui quittent la zone du gouvernorat. Devant une jeunesse sportive en liesse, le ministre Bantama qui dit être un amoureux du football a exprimé le souhait de voir Mamou devenir la vitrine du sport en Guinée.

« Sincèrement, mon souhait, c’est qu’en 2018, Bantama Sow, en tant que fils de Mamou et en collaboration avec la jeunesse, les autorités, la ligue et le district de football de Mamou, que je prenne toutes les disciplines sportives, pour que Mamou soit hissé au sommet du sport de la Guinée. Parce qu’on ne pardonnera pas le ministre des sports si sa préfecture ne peut même pas jouer en deuxième division », a indiqué le ministre de la culture, des sports et du patrimoine historique, précisant que dès sa prise de fonction, il a invité la direction des infrastructures sportives et culturelles pour discuter concrètement sur le terrain de football de Mamou.

« Je promets solennellement qu’en début 2018, je ferai du terrain de football de Mamou un terrain synthétique pour que le football revienne au même niveau que le basket », s’est engagé le ministre de la culture, des sports et du patrimoine historique.

Si la nouvelle d’un terrain synthétique à Mamou est bien accueillie par les amoureux du ballon rond de la « ville carrefour », des questions restent tout de même en suspend, notamment celles qui concernent l’origine des fonds et le montant total pour la réalisation d’une telle infrastructure.

En attendant, le compte à rebours est en marche et l’année 2018 pointe à l’horizon.

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Tél. : 622 97 27 22

Facebook Comments