De 2012 en 2016, plus de mille (1000) jeunes cadres guinéens, répartis en trois promotions, ont été recrutés par voie de concours et formés au centre de perfectionnement administratif (CPA) en collaboration avec l’Institut Sciences Politiques de Bordeaux. C’est une initiative de l’État guinéen, appuyé par la coopération française, qui a formé 1 200 jeunes cadres dans le but de renforcer les capacités de l’administration guinéenne vieillissante, en nommant les jeunes et les femmes conséquemment formés, à des postes de responsabilité ; d’où l’intitulé du projet « rajeunir et féminiser l’administration guinéenne ».

Lors d’une réunion tenue dans l’après-midi du jeudi dernier, 16 novembre 2017, au lycée 2 octobre de Conakry, dans la commune de Kaloum, les cadres certifiés du CPA, venus de tous les horizons, se seraient entendus d’organiser, dans les prochains jours, un sit-in devant le palais Sékhoutouréya, suivi d’une marche pacifique pour attirer l’attention du Président de la République sur le retard de leur valorisation, a appris un reporter de Guineematin.com qui était sur les lieux.

Selon les déclarations des membres de la coordination mise en place par ces certifiés, parmi tous ceux qui ont été formés, de 2012 en 2016, il y a 730 cadres certifiés par Sciences PO Bordeaux (toutes promotions confondues), et jusqu’à date ce ne sont que 138 lauréats qui ont bénéficié de promotion ; soit seulement 18,90 % de l’effectif.

Les membres de la coordination ont donc mis à profit cette rencontre avec leurs mandants pour rendre compte de toutes les démarches administratives effectuées et les difficultés auxquelles ils ont été confrontés. Ils ont fait savoir que malgré toutes les plaidoiries qu’ils ont soumises, certains départements ministériels sont toujours restés réticents et hostiles à la valorisation de ces jeunes cadres. Dans leur communication, ils ont également précisé que le département le plus réticent est celui de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MEN-A). « A l’arrivée du ministre Ibrahima Kalil Konaté (K2) à la tête de ce ministère, il avait promis dans ses réformes, de rajeunir tous les services en plaçant ces jeunes. Mais, cette annonce est restée lettre morte. Les ministères comme celui de la citoyenneté, celui de l’administration du territoire, ont déjà valorisé leurs lauréats à 70 % ; à la fonction publique, le ministre a tout récemment fait semblant d’appliquer l’instruction du Président de la République en nommant 12 gestionnaires de ressources humaines (GRH), dont huit (8) du CPA. Mais, à l’éducation, c’est zéro », a expliqué la coordination devant leurs pairs.

Alors, considérant que malgré l’insistance du Président Alpha Condé lors de presque chaque conseil des ministres, de valoriser les lauréats du CPA, certains ministres refusent d’appliquer l’instruction du Président, estimant que le Président de la République n’est pas réellement informé du niveau d’exécution de son ordre par ses ministres, les certifiés du projet « rajeunir et féminiser l’administration », ont décidé dans l’unanimité d’organiser un sit-in dans les prochains jours à la devanture du palais Sékhoutouréya dans un premier temps ; puis, une marche pacifique dans les jours suivants. En attendant que les dates soient communiquées, les intéressés disent être entrain de réunir tous les ingrédients pour la réussite des événements indiqués.

A rappeler que dans ce projet « rajeunir et féminiser l’administration », en plus de la nomination des lauréats, il aurait été prévu pour eux une bonification dans l’avancement de leurs grades et hiérarchies. Mais, à en croire la coordination, la troisième promotion qui est sortie depuis fin octobre 2016 n’a pas encore bénéficié de ces avantages.

Au moment où l’éducation guinéenne est secouée par une grève des enseignants, le gouvernement guinéen devrait se préparer à une autre confrontation dans les jours à venir…

A suivre !

Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments