L’intersyndicale CNTG/USTG appelle à une journée ville morte pour trois jours à compter de ce mercredi 04 juillet 2018. La démarche vise à protester contre l’augmentation unilatérale du prix carburant à la pompe. Des jeunes commencent à perturber la circulation sur la route Le Prince, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le passage du prix du carburant à la pompe de 8 mille à 10 mille francs guinéens passé mal en Guinée. Cette décision unilatérale et impopulaire provoque des remous dans le pays. Les centrales syndicales appellent à 3 journées ville morte sur toute l’étendue du territoire national.

Sur la route Le Prince la circulation était timide pendant la matinée. Subitement, des jeunes mettent des barricades au carrefour de Bambeto vers 8h 20mn. Apeurés, de nombreux automobilistes tentent de rebrousser chemin. Certains d’entre eux mettent la main dans la poche pour se frayer un chemin. Des cailloux sont jetés sur les récalcitrants.

La gare routière de Bambéto est fermée. Tout comme les boutiques et magasins de Bambéto et Koloma marché..
Deux pickup de la CMIS (Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité) arrivent en trombe à Bambéto. Les jeunes prennent la poudre d’escampette. Une camionnette de la police vient en renfort pour tenter de réguler la circulation. Les agents débarrassent la chaussée des pneus et autres barricades.

Le tronçon Aéroport-Bambeto-Kipé fonctionne timidement. Par contre, l’axe Cosa-Bambeto-Hamdallaye est coupé ce matin.

Alpha Mamadou Diallo depuis le carrefour de Bambéto pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin