Damoun Kanté, préfet de Kérouané

De fortes pluies ont coupé la préfecture de Kérouané des autres localités de la Guinée, suite à la chute de deux ponts. Une situation qui crée un malaise parmi les jeunes de la ville qui ne cachent pus leur colère contre les autorités dont ils demandent le départ, rapporte Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

Des jeunes de Kérouané ont demandé au préfet, Damoun Kanté d’arrêter toute activité et de quitter la ville. Ils ont exprimé cette requête à travers une demande adressée aux autorités locales de Kérouané ce mardi 10 juillet 2018.

Interrogé par notre reporter, Ousmane Soumaré, membre du comité de suivi de l’exécution des revendications de la précédente manifestation, a dit « qu’on sait que le préfet n’a pas la solution, le gouverneur non plus. Mais, comme il est le représentant du président de la République, on lui a remis un mémorandum, pour qu’il aille voir les autorités du pays et on a jugé nécessaire de fermer l’administration ».

Selon nos informations, les jeunes grognards ont rappelé, dans ledit mémorandum, quelques points non satisfaits lors de la dernière manifestation d’octobre 2017 : le bitumage de la route nationale N° 1 Kankan-Beyla, via Kérouané ; l’emploi des jeunes ; la construction d’un pont entre Kérouané et Banankoro, sur le fleuve Milo ; le bitumage de la nationale Kérouané-Macenta.

Pour la journée de ce mardi, l’administration n’a pas fonctionné à Kérouané, à part l’hôpital préfectoral, la gendarmerie, la police et la radio rurale. Les bureaux de la préfecture sont restés fermés. Selon nos informations, le préfet Damoun Kanté serait parti à Kankan depuis hier lundi sous la pression des jeunes grognards.

Dans leur mémorandum, les grognards menacent de reprendre leurs manifestations pour la revendication des points inscrits dans la plateforme revendicative.

De Kérouané, Abdoulaye N’koya SYLLA, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : (00224) 620 95 40 47

Facebook Comments

Guineematin