Zézé Valentin, un Guinéen guéri d'Ebola montre le certificat que lui a délivré MSFCe ‘’miraculé’’ d’Ebola travaille dans un cabinet d’avocat  de la capitale guinéenne. Depuis son retour de Macenta, il dit accéder difficilement à sa concession, car le concessionnaire était retissent. Il a fallu qu’il présente le certificat de guérison décerné par Médecins Sans Frontières (MSF) pour convaincre qu’il ne peut plus contaminer personne.

Pour autant, Zézé n’a pas fini avec les difficultés : « Jai perdu sept membres de ma famille ! Depuis mon arrivée à Conakry, les gens ont peur de m’approcher, seul certains de mes amis de promotion de l’université Général Lassana Conté de Sonfonia me viennent en aide et me soutiennent moralement », a notamment déclaré M. Guilavogui

Zézé Valentin Guilavoqui montre ici son certificat de guéri d'Ebola délivré par MSF GuinéePour rassurer les gens de son état de santé Valentin  Zézé Guilavogui se promène avec une copie du certificat que MSF lui a délivré. « Les gens m’acceptent difficilement et cela me fatigue j’ai perdu tous les membres de familles dans cette épidémie ! Mes parents sont maintenant les bonnes volontés. A mon retour à Conakry, mon concessionnaire était retissent à me recevoir dans sa concession…».

La maladie et la perte de ses proches ont été des grandes épreuves pour monsieur Guilavogui. Mais, la nouvelle épreuve qui se présente désormais à lui est celle de son insertion et surtout des moyens pour son alimentation et autres afin de retrouver le moral et la forme. «  C’est difficile quand vous êtes rejeté ! Quand les gens ont peur de vous alors que vous ne devez avoir de secours que d’eux… Je suis moralement touché par cet état de fait et j’ai un véritable problème d’alimentation. Les médecins mon recommandé de bien manger des produits énergétiques et autres, comme les jus, les œufs, la viande, etc. C’est pourquoi je demande aux bonnes volontés de me venir en aide. », a plaidé le guéri de la féroce épidémie qui a ‘’décimé’’ sa famille.

Monsieur Zézé ne serait-il pas aujourd’hui le mieux placé pour sensibiliser nos compatriotes sur cette épidémie qui l’a rendu malade et orphelin ?

Malheureusement, au lieu d’utiliser des gens ‘’neutres’’ et ‘’audibles’’, on se plaît avec les ministre d’Etat, ministre conseillers, ministrons, gouverneur-militants et préfet partisans… à ronronner dans les rutilants 4×4 dont l’apparence montre de loin aux habitants ‘’visés’’ que ‘’ceux qui arrivent-là ne sont pas comme vous’’ !

Quand est-ce qu’on acceptera, dans notre cher pays, de ‘’mettre l’Homme qu’il faut à la place qu’il faut’’ ?

Abdoulaye Oumou

Commentaires