Un consortium d’universités de la Finlande s’engage à renforcer la formation des enseignants de l’Institut Supérieur des Sciences de l’Education de Guinée (ISSEG). C’est dans cette dynamique qu’un protocole d’accord a été signé ce mercredi 15 février 2017 à Conakry entre les deux parties, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

C’est le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique qui a procédé à la dite signature. La démarche vise à s’inspirer de l’exemple de la Finlande, membre de l’Union Européenne, pour rehausser le niveau des enseignants guinéens, dont la plupart sont des produits de l’ISSEG.

Dans son discours, Dr Holm Jan Markus, de l’université d’Helsinki, représentant du consortium des universités Finlandaises a dit la volonté qui anime son institution d’apporter une formation de qualité aux formateurs guinéens. « C’est une opportunité pour nous de vous apporter notre expérience. Notre objectif est de vous envoyer nos professeurs, la haute qualité de l’enseignement de notre pays pour vous accompagner dans la réforme de votre système éducatif. Cela aura des incidences sur votre jeunesse car votre population est essentiellement jeune », dira-t-il.

De son côté, Dr Mohamed Lamine Bayo, directeur général de l’ISSEG s’est réjoui de cette signature qui « s’accommode bien avec les missions de l’institution que je dirige, qui est la plaque tournante, la charpente du système éducatif guinéen. C’est l’institution fédératrice du système éducatif. C’est pourquoi, bénéficier de l’expertise de ce groupe finlandais pour davantage qualifier nos méthodes dans leur ensemble pour le bien de notre système éducatif, ne peut que nous réjouir », s’est félicité Dr. Bayo.

Avant de signer le protocole, Cherif Zeinab Camara, la cheffe de cabinet du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a rappelé que « l’éducation est le principal pilier du développement d’une nation. Il ne s’agit pas seulement d’avoir un système de gouvernance éducatif efficace, d’avoir des infrastructures ou des équipements. C’est surtout de bénéficier d’un système dans lequel l’enseignant est mis en avant à travers une formation de qualité. Ce qui est une condition sine qua non pour être doté d’étudiants compétitifs, qualifiés et qui répondent aux besoins du développement du pays », a-t-elle laissé entendre.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17