Sidy Diallo, filmSidy Diallo est un jeune guinéen acteur-réalisateur-producteur. Son Dernier Film The SOUL sera lancé en Avant-Première le samedi 12 septembre à Bruxelles.  Ce sera au cinéma Galérie de reine 26,1000 ce jour, à partir de 18h 30.

Il évolue actuellement en Europe, plus précisément en Angleterre. Il a fait ses études de cinéma au Pays-Bas et aux Etats-Unis au «New-York film academy».

Après, il obtiendra un master en Drama à la City Academy de Londres.

Il a réalisé des films en Guinée, son pays d’origine comme « L’amour de ma vie, larmes aux yeux, the soul the pleasurethatkills » et d’autres sont en cours de production.

Mr Sidy Diallo, beaucoup de compatriotes viennent à peine de vous connaître, cependant la majorité ne vous connaît pas vraiment, pouvez-vous nous parler un peu de vous ?

Je suis Sidy Diallo, je suis réalisateur, producteur et acteur. Je suis guinéen et actuellement je vis à Londres.

Pourquoi avoir choisi ce métier assez spécial et comment en êtes-vous arrivé au Cinéma ? Est-ce que c’est une passion d’enfance ou un concours de circonstances ?

L’art dramatique a toujours fait partie de ma vie et j’ai toujours su que c’est ce que je voulais faire. Petit, j’allais à l’académie de théâtre. C’est ainsi que la passion pour le septième art a grandi en moi. J’ai développé un grand amour pour cet art et qui, aujourd’hui joue un très grand rôle dans ma vie.

Quelle est votre Filmographie ? Vous vous positionnez dans quel genre de films ?

Sidy Diallo, Film THE SOULJ’ai réalisé des films en Guinée comme « L’amour de ma vie », « Larmes aux Yeux », « The Soul », « Pleasure that kills » et d’autres sont en cours de production. Je réalise de long-métrage, mais aussi des courts-métrages.

Comment voyez-vous dans ce métier dans quelques années ?

J’aimerais être celui qui a fait la différence dans l’industrie du cinéma. Je voudrais être un exemple dont les prochaines générations pourraient s’inspirer.

Connaissez-vous la Guinée ?

Je connais très bien la Guinée. J’ai passé toute mon enfance et mon adolescence en Guinée. Ce n’est qu’à l’âge de 18 ans que j’ai quitté le pays.

Qu’avez-vous à dire aux milliers de jeunes guinéens qui rêvent de réussite et qui vous regarderont à travers cette interview comme une inspiration, un exemple de réussite ?

Mes conseils seront les suivants : croyez en vous, restez humbles. Pour réaliser son rêve, il faut travailler dur et ne jamais lâcher prise. Et, si jamais une opportunité se présente, n’hésitez pas à la saisir.

Interview réalisée par Mouctar SALL du bureau Guineematin.com Paris (France)

 

 

Commentaires