Djibril Barry, kidnappé il y a bientôt deux semaines à Conakry, est rentré à son domicile de Kipé dans la nuit d’hier, mardi 10 octobre 2017. Il est actuellement en traitement dans une clinique de la capitale guinéenne, a appris Guineematin.com d’une source proche de la famille.

« C’est aux environs de 20 heures qu’il est revenu frapper à la porte de son domicile. Selon ce qu’il nous a dit, ses ravisseurs l’ont déposé à un carrefour en prenant le soin de masquer son visage. Quand ils sont partis, il a déplacé un taximotard pour l’amener chez lui », a dit notre source qui préfère garder l’anonymat.

Notre interlocuteur ajoute que Djibril Barry est « lucide ; mais, très éprouvé par ce qu’il a vécu ». Les ravisseurs avaient demandé le payement d’un montant de deux cent mille dollars (200 000 USD) pour libérer Djibril Barry, fils de l’homme d’affaires Elhadj Guelguedji Barry.

Depuis l’annonce de sa libération, le domicile familial à Kipé ne désemplit pas. Parents, amis et collaborateurs sont nombreux ce mercredi matin à Kipé pour partager la bonne nouvelle.

On se demande désormais si la rançon a été payée ou pas par la famille pour obtenir sa libération. En tous les cas, malgré le bruit, la police guinéenne ne semble avoir réussi grand-chose dans cette affaire où les ravisseurs sont restés maîtres jusqu’au bout…

A rappeler qu’au-delà du danger que cette insécurité représente pour les citoyens guinéens, c’est aussi l’une des principales raisons qui expliquent l’hésitation de certains investisseurs à mettre leur argent en Guinée, étant donné qu’on peut banalement tirer sur quelqu’un ou le kidnapper sans qu’aucune structure de l’Etat ne réussisse à identifier les coupables…

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com