Taxis motosAprès la décision des autorités, à travers un arrêté du ministère des transports, portant interdiction des mototaxis à Conakry, un reporter de Guineematin.com a fait le tour de certains endroits de Conakry pour donner la parole aux principaux concernés.  Mais, d’ores et déjà, la décision passe mal aussi bien chez les taxis motards que chez de nombreux clients rencontrés dans la banlieue de Conakry.

Pour Ibrahima Sory Sow, étudiant  et conducteur  de taxi moto, cette décision du gouvernement n’est pas normale : « ils veulent faire souffrir la jeunesse parce qu’il y a beaucoup d’entre-nous qui sont des diplômés et d’autres sont des hommes de métier, des ouvriers qui n’ont pas de travail. Nous faisons ça pour subvenir à nos besoins.  Donc, on se débrouille ici pour  ne pas voler et être attaqué  dans les quartiers, ou quémander  de l’argent. S’ils veulent interdire les taxis motos dans la ville de Conakry, ils n’ont qu’à créer de l’emploi pour les jeunes. Tous ceux qui conduisent les taxis motos, c’est parce qu’ils n’ont pas de boulot », se plaint-il.

Ibrahima Sow indique que ce métier lui permet de subvenir à ses besoins : « depuis que j’ai commencé à faire le taxi moto, je ne dépends plus de mes parents, je dépends de moi-même. Je m’habille dans ça, je mange dans ça et même mes frais de scolarité. Donc, si le gouvernement nous demande d’arrêter, c’est une erreur parce que nous serons obligés d’aller quémander dans le quartier ».

Même son de cloche pour cet autre conducteur de taxi moto, Makadji Diallo. Il soutient que l’interdiction des taxis motos à Conakry aura un impact négatif sur sa vie : « cette décision aura un impact économique sur moi, parce que depuis 10 ans, j’exerce ce métier. C’est dans ça que j’ai financé pour terminer mes  études et les dépenses de la maison. Je demande à l’Etat de revenir sur cette décision afin qu’une solution idoine soit trouvée », préconise Makadji Diallo.

Taxis motosPlusieurs citoyens rencontrés par Guineematin.com disent utiliser les taxis motos pour se déplacer plus rapidement et éviter les embouteillages de Conakry. Bah Alpha, un habitué de ce moyen de transport, trouve, lui aussi, que cette décision n’arrange pas, parcequ’il y a beaucoup d’embouteillages à Conakry. « Par exemple, si vous êtes en banlieue et chaque matin vous devez aller en ville, pour trouver un taxi, c’est tout un problème. Donc, si tu as les moyens de te trouver un taxi moto pour te déplacer, c’est plus facile, c’est le moyen le plus rapide. Moi, je pense que l’Etat doit les soutenir et les encadrer ; tous ceux qui font ce travail sont des jeunes diplômés », a-t-il dit.

Interrogé sur ce sujet, Saliou Kanté, membre du syndicat des taxis motos de Taouyah, donne une réponse mitigée. « D’un côté, je dirai qu’il est très important de diminuer cela en ville. Mais, de l’autre côté, il n’y a pas de boulot, la jeunesse se livre à cette pratique parce qu’ils ne peuvent pas rester sans rien faire. Donc, c’est un peu gauche. Si l’Etat interdit sans créer des conditions pour ces conducteurs de taxis motos, c’est impossible. Nous voulons que l’Etat nous vienne au secours, s’ils veulent interdire ça, ils n ont qu’à nous trouver autre chose à faire », propose monsieur Kanté.

Kadiatou Balde pour Guineematin.com

Tél. : 620528554/655600142

 

Facebook Comments