BantamaUn embouteillage indescriptible est créé actuellement à une vingtaine de Kilomètres de la ville de Kindia, sur la nationale numéro un, Kindia-Conakry. Après des infructueuses négociations, menées par le préfet de Kindia, le coordinateur général de Kaléta et le ministre des Guinéens de l’étranger, une lueur d’espoir s’est créée chez les passants, mais les jeunes sont devenus brusquement furieux et les forces de l’ordre aussi… « Il y a actuellement des jets de pierres qui ont obligé les forces de l’ordre à utiliser du gaz lacrymogène… Je vais te rappeler plus tard… », disait une de nos sources, actuellement sur cette route, au niveau pont de Koliagbé.

Pour ceux qui sont du côté de Foulayah, comme du côté de Débélé, on ne voit qu’un monstrueux embouteillage. « Il y a des véhicules à perte de vue. Impossible de les dénombrer. Nous allons souffrir ici aujourd’hui… », disait un passager dont le taxi se trouvait à Débélé quand il s’exprimait au téléphone de Guineematin.com (14 heures 26′).

Le ministre des Guinéens de l’étranger, Sanoussy Bantama Sow et le coordinateur général du projet Kaléta, Cheick Taliby Sylla, sont parmi les personnalités qui auraient essayé, sans succès, de faire lever les barricades par les jeunes, selon les témoignages recueillis au téléphone par Guineematin.com

Depuis le petit matin de ce mardi 15 juillet 2014, les usagers de la route nationale nº1, Conakry-Kindia, sont bloqués à quelques kilomètres de la ville de Kindia par des manifestants qui réclament la fourniture du courant électrique. Une des promesses de campagne électorale du président Alpha Condé, en 2010, l’électricité est devenue beaucoup plus rare qu’avant son arrivée au pouvoir. Alors que le gouvernement dit avoir dépensé au bas mot un milliard de dollars US dans ce secteur…

Facebook Comments