L’assassinat de l’ancien guide de la Jamahiriya arabe Libyenne, Mouammar Al Kadhafi, le 20 octobre 2011 à Syrte, a exaspéré de nombreux panafricanistes qui y ont vu un complot de l’Occident. Il s’en est suivi un chaos qui affecte encore de nombreux pays de la zone sahélo-saharienne. A cette époque, Elhadj Sékou Mory Touré, un guinéen vivant en Libye, est parvenu à fuir le pays et à revenir en Guinée. Dans ses bagages, il est retrouvé une forte somme d’argent et des pierres précieuses. Intriguées, les autorités vont l’interpeller et le poursuivre pour blanchiment d’argent et complicité. La série de questions-réponses dans ce dossier a pris fin ce mercredi, 6 décembre 2017, au Tribunal de Première Instance de Kaloum, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Elhadj Sékou Mory Touré est poursuivi pour des faits de blanchiment d’argent et de complicité. Il est reproché au prévenu d’avoir fait entrer en Guinée le montant d’un milliard deux millions de dollars américains en provenance de la Libye, un pays en guerre au moment des faits. Il détenait également par devers lui 283 carats de diamant.

Interrogé ce mercredi par le juge Saïkou Barry, le prévenu a dit que cet argent était une propriété d’un de ses associés, qui serait un oncle direct à Kadhafi. « J’ai quitté la Libye en 2011 pendant la guerre », a précisé Elhadj Sékou Mory Touré.

Revenant à la charge, le juge a enchaîné : « comment pouvez-vous sortir d’un pays en guerre avec un tel montant ; alors que les banques ne fonctionnent pas ? Cet argent n’appartient-il pas au peuple libyen ? »

Le prévenu est revenu sur la même réponse, selon laquelle, cet argent est une propriété de l’oncle direct de Mouammar Al Kadhafi.

Pour sa part, le procureur, Fallou Doumbouya a rappelé le passé du prévenu qui aurait fait la guerre du Liberia au début des années 1990.

En réponse, Elhadj Sékou Mory Touré s’est contenté de dire qu’au Liberia, il n’a fourni que du carburant à l’ECOMOG, la force d’intervention de la CEDEAO, suite à un appel d’offres.

L’avocate d’Elhadj Sékou Mory Touré, a demandé à son client si le tribunal pouvait le poursuivre pour blanchiment d’argent alors qu’on ne voit pas le montant incriminé. Le prévenu a répondu par la négative.

Le dossier est renvoyé au mercredi prochain, 13 décembre 2017, pour les plaidoiries et réquisitions des parties au procès. Interpellé et détenu depuis le 05 juillet 2016, Elhadj Sékou Mory Touré a donc été reconduit à la maison centrale de Coronthie, en attendant la suite de ce passionnant procès.

A suivre !

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel 628 17 99 17

Facebook Comments