KankanRien ne va plus à la radio rurale de Kankan : le chef des programmes a été suspendu, les stagiaires et collaborateurs ont été renvoyés par une décision de la Direction Générale de la Radio Rurale de Guinée, a appris Guineematin.com, à travers son correspondant local.

Les trois journalistes suspendus sont Facely Konaté, directeur des programmes, Oumar Konaté et Sidikiba Kaba, tous titulaires. Les dix huit renvoyés définitifs sont 12 stagiaires et six collaborateurs extérieurs de la station, a appris Guineematin.com sur place. C’est une mission conduite par Mahim Cissoko, le directeur général adjoint de la Radio Rurale de Guinée qui a exécuté la décision.

Mais, que reproche-t-on à ces malheureux confrères ? Selon les informations confiées au correspondant local de Guineematin.com, les compagnons d’infortune ne voulaient plus voir leur chef, Ibrahima Cissé, dit Sorel Bolokada. Ils l’accusent d’avoir détourné des ordinateurs, acquis dans le cadre du programme de riposte contre Ebola, une moto AG et des fonds que les ressortissants de Kankan auraient donnés pour faire fonctionner un émetteur d’une grande puissance dont la radio rurale dispose.

C’est ainsi que pour exprimer leur désaccord, les « frondeurs », à leur tête  Oumar Konaté, avaient barricadé les portes de la station entre les 14 et 15 août 2016, tout en emportant les clés avec eux. Le bien nommé Oumar Konaté avait été arrêté et mis en garde à vue brièvement à la gendarmerie. Il a fallu par la suite l’intervention du gouverneur de région, monsieur Nawa Damey, pour désamorcer la situation et permettre une reprise des émissions de la radio.

Aujourd’hui, sur les 23 agents que comptait la radio rurale de Kankan, il n’en reste que deux, à savoir le chef de la station, Sorel Bolokada, et la comptable.

Bref, ceux qui voulaient faire tomber la tête du chef de station ont vu la leur tomber. Comme pour dire qu’en Guinée, sous le magistère du professeur Alpha Condé, pour continuer sa carrière, mieux vaut être avec le chef que contre lui, même s’il a détourné et qu’il est fautif…

De Kankan, Mamadou Sounoussy Diallo pour Guineematin.com

 

Facebook Comments