Depuis quelques, les prix des moutons ont été revus à la hausse dans les marchés à bétail de Koubia. Cela, en raison de l’avènement de la fête de Tabaski qui sera célébrée demain mardi, 21 août 2018 et qui est une occasion pour beaucoup de fidèles musulmans d’immoler un bélier en guise de sacrifice comme l’a recommandé le prophète de l’islam. Sur place, beaucoup se plaignent de la cherté des prix, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Après la prière marquant la fête de Tabaski demain mardi, beaucoup de fidèles musulmans vont immoler un bélier ou un autre animal domestique pour perpétuer la tradition du prophète Abraham comme l’a recommandé le prophète Mohamed. Mais à Koubia, certains ont du mal à se trouver une bête à cet effet. Et pour cause, les prix se sont envolés à l’approche de la fête.

A Matakaou, sous-préfecture située 25 km de Koubia et qui abrite le plus grand à bétail de la préfecture, plusieurs types de ruminants sont exposés. Mais pour s’en procurer, il faut avoir les poches pleines. Le bélier qui est l’animal le plus convoité à cette occasion, coûte entre 500 000 et 1.500 000 GNF selon les catégories.

Des prix pas abordables pour beaucoup de citoyens à l’image d’Elhadj Mouctar : « Le mouton est très cher cette année, mon fils m’a envoyé de l’argent mais je trouve ici que le montant est insuffisant, parce que les prix sont très élevés », a-t-il dit.

Selon Thierno Cellou Baldé que nous avons rencontré au marché à bétail de Koubia, cette cherté des prix est causée par les commerçants qui achètent le bétail avec les éleveurs et qui vont le revendre à un prix très élevé pour faire le maximum de profit.

De Koubia, Mamadou Alpha Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin