Dans une correspondance, en date du le 21 septembre 2017, adressée au juge de paix de Koundara, Mamadou Saliou Soumah, le président de la fédération des associations des ressortissants de la préfecture à l’étranger, Mamadou Yaya Diallo, installé à Barcelone, en Espagne dénonce et condamne vigoureusement « une surenchère exagérée infligée» aux fils du Badiar vivant à l’extérieur du pays, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Dans cette correspondance dont Guineematin.com détient copie, nous apprenons qu’au moment où « les frais officiels d’établissements d’un casier judiciaire sont fixés à 15.000 GNF (quinze mille francs guinéens) en République de Guinée, ce document indispensable pour l’obtention d’un permis de séjour en Europe est livré aux ressortissants de Koundara par la justice de paix de la localité à un million (1.000.000 GNF) ou 1.500.000 GNF » a-t-on pu lire.

Malheureusement, « de surcroît, il est désolant que ces documents délivrés par votre service soient, pour la plupart rejetés pour qualificatif de faux documents, lorsqu’ils sont présentés dans les missions diplomatiques pour légalisation » ajoute le président de la fédération des ressortissants et amis de Koundara.

Face à cette sorte de discrimination infligée aux ressortissants de Koundara par la justice de paix de la localité,

Mamadou Yaya Diallo invite le juge de paix, Mamadou Saliou Soumah à rétablir les victimes dans leurs droits.
«Avec tout le respect que nous portons sur vous, monsieur le juge, nous voudrions être rétablis dans nos droits de manière équitable, notamment en nous délivrant des documents juridiques valables partout ou besoin sera, et au prix officiel établi pour tous » conclue la correspondance.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments