Moussa Iboun Conté, président de l’AGEPI

Le dossier opposant le président de l’Association Guinéenne des Editeurs de la Presse Indépendante (AGEPI), Moussa Iboun Conté à ses collègues André Morel Gaston, Guy Mansaré et Alseny Maciré Fofana était au tribunal de première instance de Mafanco hier, jeudi 24 mai 2018.

Ces trois journalistes sont poursuivis pour diffamation et injures par le président de leur association Iboun Moussa Conté. Des faits prévus et punis par les articles 363 et 369 du Code Pénal de la République de Guinée. Mais, sur le banc des accusés, seul André Gaston Morel s’est présenté avec son avocat, Maïtre Faciné Soumah et celui de la partie civile, maître Kabinet Kourala Kéïta, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Comme l’exige la loi, en procédure de citation directe, il était question pour cette première journée de la fixation de la caution appelée « frais de procédure ». Après consultation des deux parties, le président du tribunal, monsieur Ibrahima Sory 2 Tounkara, a fixé cette caution à un million de francs guinéens, avant de renvoyer le dossier au jeudi 21 juin 2018 pour l’ouverture des débats.

Me Faciné Soumah

Interrogé par le reporter de Guineematin.com à la sortie de l’audience, l’avocat de la défense, maître Faciné Soumah a expliqué qu’il attend l’ouverture des débats avec la confrontation des arguments pour espérer voir la vérité jaillir. « Nous sommes très confiants parce nous croyons que ces déclarations contenues dans le journal incriminé ne sont pas fortuites. C’est des déclarations réelles. Et, la diffamation suppose quelque chose qui n’existe pas dans le but de porter atteinte à la réputation ou à la dignité de la personne. Dès lors que les faits sont établis, même si par aventure ils ne sont pas honorant pour celui contre lequel ils sont allégués, le délit de diffamation doit être écarté », a soutenu l’avocat de la défense.

Me Kabinet Kourala Kéïta

Egalement interrogé par le reporter de Guineematin.com, l’avocat de la partie civile, maître Kabinet Kourala Kéïta, a expliqué qu’il a plaidé pour que le montant de la caution soit fixé à 100 000 francs guinéens par personne, vu les maigres moyens des journalistes ; mais, le juge a décidé autrement. « Il ne faut pas qu’un montant important dissuade les citoyens à venir vers la justice », a conseillé l’avocat, précisant que son client, Moussa Iboun Conté, qui était absent du tribunal, va très bien, qu’il est très serein et garde encore l’espoir quand à l’aboutissement de la procédure.

A rappeler que le journaliste et président de l’AGEPI, Iboun Moussa Conté, a porté plainte contre ses confrères André Gaston Morel, Alseny Maciré Fofana et Guy Mansaré pour avoir publié des articles jugés injurieux et diffamatoires dans les colonnes leurs journaux : « Le Patriarche » de Gaston Morel, « La Nouvelle Ère » d’Alseny Maciré Fofana et « Le Résultat » de Guy Mansaré.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin