Viande_brousseLes services de police de Labé ont saisi, dans l’après-midi du samedi 29 novembre dernier, une importante quantité de viandes de brousse à bord d’un minibus de en partance pour N’Zérékoré, a constaté sur place le correspondant local de Guineematin.com d’une source officielle.

Selon le Directeur Régional de la Police de Labé, Aboubacar Biro KEITA, cette opération a été rendue possible grâce à la collaboration de la population : « C’est hier soir dans les environs de 16 heures qu’un citoyen de la ville nous a informés qu’une viande pourrie est embraquée dans un véhicule de transport en commun  pour une destination inconnue. Immédiatement j’ai envoyé mes agents sur le terrain. Ils ont trouvé le minibus en question sur les lieux. Après, mes agents ont compris  que c’étaient de la viande de brousse. J’ai ordonné l’immobilisation du véhicule».

Mme_Gobou_LamahPour sa part, Mme Gobou Lamah  affirme qu’elle n’était pas informée de mesure d’interdiction de la consommation de la viande de brousse prise dans le cadre de riposte contre l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola: «j’ai fait plus de 12 ans dans la guinée profonde.  Nous avons été arrêtés. On nous dit que le transport de cette viande est interdit. Pourtant, moi je ne savais pas l’existence d’une telle décision. Sinon, je n’allais pas le faire.  Chez nous, il n’y a même pas de réseau. Je n’ai pas entendu parler d’Ébola. J’ai prit cette viande à la frontière guinéo-malienne, plus  précisément à Guelande, dans la préfecture de Tougué, pour l’amener à N’Nzérékoré.  Je suis déjà habituée de cette pratique. Dans le lot, il y a plus de 30 sacs qui m’appartiennent. Nous sommes au total trois propriétaires.»

Le patron des services de police de Labé a aussi indiqué à la presse   que d’autres sacs de même nature  étaient stockés dans un magasin : « Après, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait 40 autres sacs dans un autre magasin que nous avons aussi saisi. Ce sont ces sacs là que vous venez de voir tout de suite.  Nous sommes en train de mener les investigations. Ce qui est sûr,  nous avons interrogé le chauffeur qui a reconnu que le chargement était pour N’Nzérékoré et le coup de transport d’un sac coute  50 000 GNF  ».

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphone : (00224) 660 11 35 15

Facebook Comments