Après quelques jours de trêve, les manifestations des jeunes contre Samba Camara, ont repris ce mercredi en milieu de journée, a constaté le correspondant de Guineematin.com

Les manifestants ont de façon inopinée brulé des pneus à Sassé, bloqué la circulation dans mains endroits de la cité et paralysé les activités commerciales au centre ville de Labé pour demander le départ sans condition de Samba Camara des postes de chef CECOJE et de Directeur de la maison régionale de la jeunesse.

L’on se rappelle que le mis en cause est accusé depuis plusieurs semaines par une frange importante de la jeunesse de Labé de mauvaise gestion et d’immixtion dans les affaires politiques. Cette crise a conduit le gouverneur de région à mettre en place une commission de crise qui, malheureusement, n’a pas réussi à faire aboutir les négociations, selon Diallo Alpha Saliou, un des porte-paroles du collectif des jeunes citoyens de Labé :  « nous avons rencontré aujourd’hui les membres de la commission de médiation qui nous ont avoué qu’en réalité ils n’ont pas pu gérer le problème et les jeunes de Labé ont décidé que Samba Camara rende compte de sa gestion à la jeunesse de Labé et qu’il parte sans délai. Sinon, nos manifestations vont continuer du jour au lendemain. Je dis et je redis. Ce qu’on a fait aujourd’hui va continuer tous les jours. On ne va pas s’arrêter tant que Samba Camara est le responsable du CECOJE et la maison des jeunes de Labé» prévient-on.

Joint au téléphone sur la question à partir d’une salle de formation, le principal mis en cause, Samba Camara, estime que sa démission n’est pas à l’ordre du jour et persiste à dire que l’UFDG est derrière ce mouvement : « chacun à son travail. Moi, je suis ma formation à la DPS. Les manifestants ont une mission du député uninominal. Je ne suis pas prêt à démissionner des mes fonctions à cause des considérations politiques. Entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2010, lorsque l’UFDG m’a envoyé Abdourahimi Tombon Baldé de l’association des jeunes de Djanyaabhé et Farba Toulâdjéyâ pour demander mon soutien à leur candidat, ils n’avaient pas dit que le responsable de la maison des jeunes et du CECOJE que je suis ne doit pas faire de la politique. Pendant les législatives, la délégation de l’UFDG qui était conduite par Aliou Laly avec des bonbons m’avait trouvé aussi au CECOJE pour me demander de soutenir les candidats de l’UFDG. Aujourd’hui, ils crient parce que je suis allé de l’autre côté. C’est un mouvement qui ne m’ébranle pas »

A signaler qu’au moment où mettions cette nouvelle en ligne, les manifestants s’affrontaient avec les forces de l’ordre dans certains coins de la ville.

 Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Commentaires