atelier de couture Dans la cité de Labé, la veille de la fête de l’Aïd-El-Kébir, un évènement important dans la vie du fidèle musulman, est caractérisée par une morosité dans plusieurs secteurs informels. C’est le cas des ateliers de couture et salons de coiffure où l’engouement constaté, ce samedi 10 septembre 2016, par Guineematin.com, présente un air mélancolique. 

Tous les ateliers de couture et salons de coiffures fréquentés, présentent à ce jour, une ambiance identique : manque d’affluence. Selon des prestataires et propriétaires d’ateliers rencontrés, ce faible engouement, contraire à celui de la fête de ramadan, s’explique partiellement par la conjoncture actuelle.

« Présentement, la couture ne marche pas, il n’y a pas du tout d’affluence. Cela s’explique par la conjoncture actuelle. Ensuite, on a constaté que les gens préfèrent acheter des habits déjà cousus pour éviter de venir chez les tailleurs. On a eu plus de clients pendant la fête de Ramadan. Mais cette fois-ci, on ne dirait même pas que c’est la fête » a dénoncé au micro de Guineematin.com, maître Oumar Baïlo Barry.

Même son de cloche qui prévaut chez maîtresse Martine rencontrée dans son salon de coiffure. Cependant, cette dernière reste certaine que rien n’est encore tard. Avec des promesses faites par ces clientes, elle ose espérer que la clientèle sera au beau fixe demain dimanche 11 septembre 2016.

salon de coiffure« Avec ce faible d’affluence, on continue à attendre les clients. Beaucoup ont promis de venir demain dimanche. Donc, c’est sûre que demain mon salon de coiffure sera plein », a-t-elle espéré !

A ce problème de clientèle, viennent s’ajouter la perturbation et le manque de courant ainsi que le dysfonctionnement des groupes électrogènes dont disposent les prestataires. Ce problème d’énergie entrave sérieusement les travaux et désole les clients qui s’impatientent dans la récupération de leurs tenues de fête.

«C’est vrai qu’on n’a pas assez de clients mais le plus gros problème et celui lié à l’énergie. Le manque et la perturbation du courant nous mettent en conflit avec les clients qui n’ont pas pu récupérer leurs tenues au délai indiqué. Ils viennent souvent crier sur nous omettant le fait que ce n’est pas de notre faute. Parce qu’on fait de notre mieux pour les satisfaire. Par exemple, je dépense parfois, 200 mille francs guinéens par jour, pour réparer mon groupe électrogène mais en vain. C’est vraiment gênant », s’est lamentée maîtresse Safiatou acculée par ses clientes trouvées sur place.

A noter que dans un communiqué publié hier, vendredi 9 septembre 2016, dans les médias d’Etat, le gouvernement guinéen a annoncé la célébration de la fête de Tabaski ou l’Aïd-El-Fitr le le lundi 12 septembre 2016.

De Labé, Yayé Aissata Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620 03 66 65

 

Facebook Comments

Guineematin