Commandant_Lamarana_DialloLe préfet de Labé, commandant Mamadou Lamarana DIALLO, s’est prononcé le jeudi 9 octobre dernier contre la destruction des buvettes par des fanatiques religieux qui trouble l’ordre public dans la cité, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Interrogé par la presse locale, le Commandant Mamadou Lamarana DIALLO a condamné la destruction de deux buvettes entre le mardi et le mercredi dernier par des jeunes dans le secteur Dombi relevant du quartier Daka 1 dans la commune urbaine de Labé : « Les jeunes qui qualifient ses buvettes de nids de bandits ne doivent se rendre justice. Ce n’est pas bon d’attaquer les citoyens. Nous avons voulu au départ essayer de faire quitter tout ce qui est maquis auprès des lieux de culte, des mosquées ou des écoles. Quand il y a des problèmes, ils doivent remonter l’information aux niveaux du quartier, de la commune et à la préfecture. Si nous, nous ne sommes pas du tout informés, ils se mobilisent massivement pour aller attaquer des citoyens, ce n’est pas du tout bon. Des dispositions ont été déjà prises pour essayer réellement de sanctionner. Celui qui attaque un citoyen en est seul responsable parce que la loi est là. »

Le préfet de Labé promet aussi de règlementer cette activité : « c’est à Labé seulement qu’on peut voir des adolescents de 15 à 16 ans se livrer à la consommation des boissons alcoolisées. Sinon tout le monde sait que le pays est laïc. Mais, il faut que cela soit réellement règlementer. »

Par ailleurs, Commandant Mamadou Lamarana DIALLO a tenu à préciser que cette violence populaire n’est nullement orientée contre les compatriotes forestiers vivant à Labé : « sur plus de 200 maquis qui fonctionnent dans la commune urbaine de Labé, c’est seulement 3 forestiers qui sont concernés. Tout reste des buvettes sont tenues par des jeunes et adultes peuhls dans des bâtiments appartenant à des peuhls aussi. Les propriétaires des bâtiments savent que leurs maisons servent à des débits de boissons mais ils ne disent absolument rien. Ils se nourrissent de ces frais de loyer. »

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments