Elhadj Safioulaye Bah, préfet de Labé

Poursuivi devant le Tribunal Correctionnel de Labé pour « abus d’autorité », le préfet, Elhadj Safioulahi Bah a annoncé, dans l’après-midi de ce jeudi, 18 janvier 2018, que la Gendarmerie ne va pas pardonner le fait d’avoir été mise en cause dans la première plainte contre l’autorité préfectorale, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Au cours de cette première sortie médiatique, sur les antennes de la radio Espace Foutah, après l’annulation de la procédure initié contre lui, le lundi, 8 janvier 2018, par le ressortissant de Garambé nommé Mamadou Bhoye Diallo, le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah a fait comprendre aux auditeurs de la radio Espace Foutah que la Gendarmerie va réagir contre le plaignant qui a déclaré, dans sa première plainte, avoir été victime de « séquestration » durant la période de sa détention préventive.

Pour le préfet de Labé cette accusation met en cause la Gendarmerie qui avait procédé à l’interpellation et à la détention du citoyen Elhadj Mamadou Bhoye Garambé Diallo.

Ainsi, même si dans la seconde plainte, le jeune opérateur économique a abandonné la charge liée à la séquestration qui avait rendu le Tribunal Correctionnel de Labé incompétent pour connaître de sa requête, Elhadj Mamadou Bhoye Diallo sera invité dans une autre procédure à apporter les preuves de son accusation.

A la question, formulée par un des animateurs de l’émission « HALEN FOPPE », de savoir si c’est lui, monsieur le préfet de Labé, qui va ou qui veut susciter cette réaction annoncée de la Gendarmerie, Elhadj Safioulahi Bah est resté évasif. Il s’est contenté de préciser, tout simplement, que cette unité est placée sous son autorité : « ils ne vont pas laisser » a-t-il insisté avec assurance.

Revenant sur la cause réelle de ce conflit avec Elhadj Mamadou Bhoye Garambé Diallo, le préfet de Labé a expliqué qu’il s’agit d’un dossier qu’il a hérité de ses prédécesseurs, qui se sont succédé à la tête de la préfecture de Labé depuis Elhadj Cheick Abdoul Gadiry Tounkara en 2006.

Dans sa version des faits, on relève une information capitale. Celle de dire que le Village SOS avait effectivement bénéficié de 6 ha offerts par la communauté locale. Que la superficie ajoutée est un geste des autorités locales.

Comment alors la préfecture de Labé a-t-elle obtenue la superficie qui a permis de compléter le domaine à plus de 8 ha, le préfet Safioulahi Bah révèle qu’il s’agit des frais de prestation que la communauté aurait payée à l’Etat pour un lotissement. A ce niveau, nous n’avons pas pu comprendre s’il s’agit du lotissement de cette zone conflictuelle ou si ce lotissement payé à 3 ha porte sur un autre domaine de la sous-préfecture de Garambé.

En attendant d’avoir cette précision, signalons que le titre foncier disponible attribuant le domaine au Village SOS Guinée indique clairement que la superficie concernée est située hors lotissement.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin