la fille de Labé, victime de viol, gendarmerieDepuis quelques semaines, une rocambolesque affaire de viols successifs sur une même petite collégienne de 13 ans par deux agents de sécurité alimente la chronique dans la ville de Labé et éclabousse l’Escadron Mobile N°8 de la Gendarmerie Nationale, a constaté sur place le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Selon le témoignage de la petite, elle a été d’abord victime de viol de la part de son oncle maternel au lendemain de la fête du nouvel an musulman. Elle s’est alors adressée à l’Escadron Mobile N°8 de la Gendarmerie de Labé pour que justice soit rendue. Là aussi, elle aurait été victime de la même chose de la part de deux gendarmes : le Cdt Pépé KOULEMOU et l’Adjudant Mohamed Lamine SANOH. Cette rocambolesque affaire a éclaté au grand jour, le lundi 8 décembre dernier quand la victime s’est adressée à nos confrères de la Radio Espace FOUTAH.

A l’annonce de la nouvelle, les deux agents auraient été immédiatement isolés au camp Elhadj Oumar Tall de Labé. Et dans une déclaration rendue publique le 10 décembre dernier, la société civile s’indigne et condamne sans réserve ce qu’elle qualifie d’actes « odieux aux conséquences fâcheuses et incalculables.»

Ces forces vives demandent aussi « à ce que le jugement se fasse sans délai et que les coupables soient punis conséquemment.»

Dans le même ordre d’idée, la Section OGDH de Labé, affiliée à la PCUD, dénonce déjà une violation de la procédure par la détention des accusés au Camp Elhadj Oumar Tall, centre de détention illégale et officiellement inaccessible au Procureur de la République Près le Tribunal de Première Instance de Labé. Rappelant la séquestration des élèves du lycée Hoggo MBouro de Labé en 2012 par des agents de la même brigade de Gendarmerie qui, finalement, n’ont été qu’affectés hors de la région comme sanction.

La bonne conduite de la procédure exige que ces prévenus en uniforme soient placés sous mandat de dépôt à la maison centrale de Labé et à la porté du Procureur.

A signaler que l’oncle maternel de la victime, premier accusé dans cette affaire de triple viol sur une fillette de 13 serait parti à l’étranger. Mais, sa mère a été placée en garde à vue et pourrait être poursuivie pour séquestration de la fille. La vieille voulait empêcher la collégienne d’ébruiter l’affaire contre son fils en cavale.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphone : (00224) 660 11 35 15

Commentaires