Oyé Guilavoqui, ministre des Télécommunications et des TICC’est dans le but d’anticiper et de construire une vision partagée sur la situation des grandes tendances du secteur technique d’information et  de la communication (TIC) qu’un atelier national sur la prospective du développement des télécommunications et TIC  en Guinée à l’horizon 2015 a été ouvert ce  mardi 7 octobre 2014 dans un réceptif hôtelier de la place.

Dans son intervention, Oyé Guilavogui, le ministre des Postes, Télécommunication et des TIC a rappelé que cet atelier va dans la ligne droite des objectifs de son département pour relancer le secteur des TIC. ‘’ On ne peut rien faire sans parler des nouvelles technologies de l’information. Notre objectif, c’est de voir chaque  Guinéen porter un téléphone. Cet atelier va nous permettre encore de plus à booster ce secteur. Parce qu’à chaque sortie des formations, nous sortons avec des résultats encourageants qui donnent un plus au développement du secteur. »

Par ailleurs, le ministre des Télécommunication s’est félicité que «pendant ces 3 années, nous sommes allés beaucoup  plus vite que les pays qui étaient devant nous dans ce secteur ».

De son coté, Mamy Diaby, le Directeur  Général de l’ARPT, a dit qu’avec une vision claire et partagée, dynamique  concertée, les  actions peuvent impacter positivement sur la vie des citoyens.  « Nous voulons  rassurer  que la vision  de devenir un secteur de technologie d’information et de la communication clairement, est de  partager nos résultats avec l’ensemble des acteurs évoluant dans le secteur de télécommunication. Car, le secteur des TIC a connu de profondes mutations ces dernières années, notamment à travers l’amélioration et la diversification des services offerts aux populations. La couverture nationale des réseaux de téléphonie mobile s’est fortement améliorée, passant de près de 18% en 2011 à environ 85% des agglomérations en 2014 et le taux de pénétration relative se situe à 97%. La pénétration de l’internet a progressé beaucoup plus en 2013 et 2014.»

Selon Mamy Diaby, « la qualité et l’accessibilité des services se situent dans les bonnes moyennes mondiales. Nous sommes passés de la position des moins avancés à celle des leaders dans la sous-région ouest-africaine », fait-il constater, ajoutant que l’ambition des Guinéens : « n’est pas de donner des leçons, mais de servir d’exemple dans un pays avec un contexte socio-économique difficile».

Yacine Sylla pour Guineematin.com

 

Facebook Comments