syndicat, avis de grève, « Nous venons de la présidence de la République. Je viens juste d’arriver à la bourse du travail. L’information, c’est qu’il n’y a pas eu d’accord, il n’y a pas d’entente… », a annoncé un syndicaliste au téléphone de Guineematin.com, aux environs de 18 heures 45.

Selon le responsable syndical, il y aura une assemblée générale des travailleurs demain, lundi 5 janvier 2015 à la bourse du travail, à 10 heures où les dirigeants syndicaux expliqueront à la base l’essentiel des points discutés, ainsi que les propositions faites par le pouvoir.

Sur la question de savoir s’il y aura ou pas de grève comme prévu, à partir de demain, lundi 5 janvier, le syndicaliste était on ne peut plus clair : « Mon frère, est-ce qu’il y a eu une communication contraire ? Nous avons publié un préavis et nous n’avons pas eu d’accord, donc il n’y a pas eu un acte qui contredit ce préavis… ».

Ainsi, l’ancien opposant historique fera face à la première grève syndicale, à partir de demain, lundi 5 janvier 2015. Jusqu’à présent, beaucoup de Guinéens doutent de la capacité des dirigeants actuels du syndicat à conduire une grève. On soupçonne à tort à raison, l’audace ou mieux la capacité à résister aux tentatives de corruption des responsables syndicaux pour renoncer à la grève que beaucoup de concitoyens trouvent justifiée pour améliorer le salaire des travailleurs, réduire le prix du carburant comme partout ailleurs, sauver les anciens travailleurs de Fria, Sotelgui, Feralux et autres, rendus misérables par la fermeture de ces sociétés, etc.

Nouhou Baldé

Commentaires