La commune urbaine de Lélouma, située à 65 kilomètres au Nord de la région administrative de Labé, affiche un constat alarmant en termes d’infrastructures publiques et privées. A l’occasion d’un entretien avec l’envoyé spécial de Guineematin.com, les autorités communales ont dénoncé l’abandon de la ville par les ressortissants de la préfecture.

La commune urbaine de Lélouma, battit sur une colline visible à partir de la sous préfecture de Korbé, a été érigée en mairie au début des années 1990. Le premier maire fut Monsieur Mamadou Dian Diallo (Zaïdan). Mais depuis lors la commune n’a pas véritablement connu la réalisation de grandes infrastructures. Seules quelques actions ont été faites grâce à l’effort des autorités locales par la construction des écoles, des points d’eau et un hangar pour le marché.

Au delà de l’indifférence de l’Etat dans la réalisation des grandes infrastructures, le constat révèle que les ressortissants eux-mêmes ne font pas grand-chose pour le développement de la commune de Lélouma. Les rares qui investissent dans la préfecture le font dans leurs villages d’origine.

A ce jour, dans l’ensemble de la préfecture de Lélouma, on ne trouve ni hôtel, ni restaurant, ni centre de loisirs digne du nom.

L’actuel président de la délégation spéciale, Amadou Diallo regrette cet état de fait et appel ses concitoyens à penser à la commune urbaine qui se trouve être la vitrine de la préfecture. « Lélouma a besoin aujourd’hui de tout. De l’aménagement des routes à la desserte en électricité, en passant par la desserte en eau, tout y manque. L’Etat fait certes assez d’efforts, mais beaucoup reste à faire. L’autre problème est l’abandon de la commune par l’essentiel des ressortissants de la préfecture. Beaucoup préfèrent investir des milliards dans leurs villages au lieu de penser à la ville », a-t-il déclaré.

Cependant, le maire Amadou Diallo exhorte l’Etat à la réalisation de la voirie urbaine, la finition du siège de la mairie qui se trouve en chantier depuis 1994, la rénovation de la mosquée centrale, le ré-profilage de la route Popodara-Télémélé, via Lélouma centre. Il invite par la même occasion les ressortissants à donner de la valeur à la commune urbaine en y investissant dans l’hôtellerie, le tourisme, l’habitat, l’agriculture et l’élevage.

En outre, le président de la délégation spéciale remercie les quelques ressortissants et personnes de bonne volonté qui ont fait des réalisations pour le rayonnement de la commune urbaine.

A noter que la préfecture de Lélouma n’a jamais connu un centimètre de goudron depuis l’indépendance.

Nous y reviendrons !

De Lélouma, Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tél. : 621 607 907

Commentaires

No Comments