Au lendemain de la journée ville morte, décrétée par l’opposition guinéenne pour protester contre ce qu’elle appelle « le détournement des votes des citoyens », les activités économiques sont au ralenti dans la capitale guinéenne, a constaté un reporter de Guineematin.com qui a fait le tour de quelques marchés ce mardi, 13 mars 2018.

De la commune de Matam jusqu’au cœur du grand marché Madina, en passant par le carrefour Constantin, tous les magasins et boutiques sont fermés. Seuls les étalagistes sont en train de vendre au bord de la route.

À rappeler que le GOHA (Groupe Organisé des Hommes d’Affaires de Guinée) a publié un communiqué pour appeler les commerçants à la prudence, rappelant qu’il y a déjà plusieurs victimes de pillage.

À suivre !

De Madina, Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com 

Facebook Comments

Guineematin