Présumés banditsCe vendredi 12 décembre 2014, la direction de l’office central anti-drogue (OCAD) a présenté deux présumés voleurs de produits pharmaceutiques et de matériels électroniques aux préjudices de la société ‘’SBN’’ qui a son siège social au quartier Tanènè Yimbaya, et d’une entreprise de construction. A cette occasion, les responsables ont profité également pour présenter 84 kilos de chanvre indien, dans quatre ballons, dont les propriétaires seraient en fuite.

Dans ses explications, Colonel Farimba Camara, Directeur de l’OCAD, a parlé de ces deux coups de filet réussis :  « Nous sommes en face de deux éléments. Le premier est un cas de mise à disposition d’une quantité de drogue saisie par le Groupement d’Intervention Rapide (GIR), sous l’autorité du chef d’état-major de l’Armée. Et, le deuxième est un cas de vol qui a été perpétré le dimanche 7 décembre 2014».

Sur le premier cas, colonel Farimba a dit : « c’est dans le cadre de la collaboration des services que  cela a été retrouvé. La lutte contre la drogue est une mission non seulement intersectorielle, mais transversale. C’est-à-dire que tous les services de répression ont le pouvoir de lutter contre la drogue ainsi que toutes les couches sociales de bonne volonté. Cette quantité- de 84 kilos constituée de quatre ballons- a été saisie au barrage de sécurité ‘’Kaka’’ dans la préfecture de Coyah. Pour les raisons de compétence nationale, le chef d’état majeur général des armées a fait appel à mon service pour la mise à disposition».

Concernant la deuxième opération, le directeur de l’OCAD dira : « Il s’agit d’un vol de produits pharmaceutiques aux préjudices de la société ‘’SBN’’ qui a son siège social à Yimbaya Tanérie, ainsi que les matériels électroniques aux préjudices d’une entreprise de construction ; mais aussi d’autres objets de valeur. Ce vol acte a eu lieu le dimanche 7 décembre 2014 aux environs de 10 heures ! Ce qui est spéculaire, c’est de faite que ce vol soit commis en pleine journée par ces bandits », regrette le colonel.

Interrogé, Antoine Haba et M. Kamissa Baldé, les présumés voleurs, ont tour à tour nié les faits qu’on leur reproche. Selon eux, ils ne reconnaissent pas les accusations dont les autorités font cas. Dans ses propos, Antoine Haba, présumé auteur a dit n’avoir jamais reconnu ces faits et dit être vendeur de friperie à Madina.

Yacine Sylla pour Guineematin.com  

Commentaires