L’association Santé Bien Etre pour Tous a tenu ce mercredi 1er octobre 2014 un point de presse à la maison des journalistes à Coléah. Il était question de vulgariser la loi nationale anti-tabac et les dispositions mises en place pour son application.

D’entrée, le président de la dite association M. Abdoulaye Bademba Barry a rappelé que cette loi numéro L/2012/039/CNT est le fruit d’un labeur résultant de la mise en ouvre de la convention cadre de l’OMS pour la lutte anti-tabac négociée sous les auspices de l’organisation Mondiale de la santé.

Raison pour laquelle explique M. Barry, à l’instar des autres Etats parties à ce traité international, la Guinée a internalisé cette convention dans le droit interne, à travers cette présente loi.

M. Barry a notifié que cette loi est subdivisée en six principaux titres à savoir : Les dispositions générales qui éclaircissent les lecteurs sur la portée de la loi, les dispositions applicables à certains lieux publics, les dispositions applicables à la publicité sous toutes les formes, celles applicables à l’étiquète, de l’emballage du tabac et ses produits, ainsi que des dispositions pénales qui prévoies des peines privatives de liberté et des peines pécuniaires.

Dans ses explications, il a instruit que de nos jours, le tabac et ses produits est la première cause évitable de décès dans le monde et il tue la moitié de ses consommateurs.

Evoquant entres autres les maux liés aux tabagismes, il dira que le tabac provoque les cancers du poumon, du larynx, du rein, de la vessie, de l’estomac, du colon, de la cavité buccale, de l’œsophage, les fausses couches, la leucémie etc.
Selon le conférencier, cette loi vise à protéger les générations présentes et futures des effets sanitaires, sociaux et environnementaux dévastateurs de la consommation du tabac et de l’exposition à la fumée du tabac.

A en croire une enquête menée par un membre de cette association, Dr Lansana Sandrine, précise que, de 1998 à 2014, 57% de la population de Conakry fume le tabac dont 10% sont des femmes.

Il faudrait souligner que l’application de cette loi est considérée comme une véritable Epée de Damoclès pour les fabricants et importateurs du tabac et ses produits car le délai butoir de son application est prévu fin novembre 2014.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Commentaires