Ville de MaliL’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola qui frappe la Guinée depuis le début de l’année 2014 a négativement influencé le recouvrement des recettes fiscales dans la préfecture de Mali, a appris le correspondant de Guineematin.com d’une source officielle.
S’exprimant ce mercredi 18 décembre sur la question au micro de nos confrères de GPP FM FOUTAH, le préfet de Mali, Elhadj Harouna SOUARE justifie le faible taux de recouvrement des impôts et taxes par le manque de moyens financiers des contribuables qui auraient des difficultés à écouler leurs produits agricoles en raison de la fermeture des frontières terrestres entre la Guinée et le Sénégal.
Ainsi, à en croire le préfet, le revenu des citoyens a baissé à cause de cette réalité. C’est pourquoi, beaucoup de personnes n’ont pas pu s’acquitter de leur devoir: << ce n’est pas un refus. Nous espérons que les frontières vont être réouvertes très bientôt. Ils vont procéder à la vente de leurs productions et ils vont s’acquitter de leurs taxes.>>
Une situation qui sans doute servir d’alibis pour justifier la non exécution des plans annuels de développement de l’ensemble des collectivités de la préfecture. Même arguments pour le plan annuel d’investissement prévu par le budget préfectoral. Ah Ebola! Quand tu nous tiens.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Téléphone : (00224) 660 11 35 15

 

Facebook Comments