Les accidents de la circulation sont devenus très fréquents dans la ville minière de Boké. En une semaine, quatre personnes sont mortes par accident dont une femme en état de famille et un enfant. Pour en savoir plus sur les raisons de ses drames, un correspondant local de Guineematin.com a rencontré le directeur régional des transports terrestres.

Selon Mamadi Dramé, la fréquence des accidents dans sa région est effrayante. « J’avoue que notre région enregistre beaucoup d’accidents. Quand nous essayons de voir les statistique, ça ressemble à un bilan de guère. Mais, il y a beaucoup d’erreurs qui sont commises par ceux qui sont chargés de gérer la circulation routière », dit-il.

Par ailleurs, Mamadi Dramé déplore le manque de coordination entre le service des transports terrestre, la police et la gendarmerie routière.

Parlant des causes de ces accidents, le directeur régional des transports terrestres de Boké pointe un doigt accusateur sur l’indiscipline et la non maitrise des engins par les conducteurs. Il va même loin en estimant que chaque conducteur de moto devait avoir son permis de conduire… Pour Mamadi Dramé, les conducteurs de moto taxi sont le gros problème de la circulation routière de Boké. Et, cette activité est malheureusement plus développée dans notre pays que sa réglementation : « c’est une activité qui a démarré et va plus fort que la réglementation, alors que c’est cette réglementation qui devrait la sous tendre ».

Enfin, plaidant pour une synergie d’action entre les intervenants dans le secteur, Mamadi Dramé a dénoncé le manque de panneaux de signalisation dans la ville de Boké, qui rend ainsi très difficile la circulation aux étrangers.

Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 98 49 38

Facebook Comments

Guineematin