Rio TintoDepuis le 22 juillet 2014, rien ne va plus entre les populations de la Sous-préfecture de Nionsomoridou et la compagnie minière Rio Tinto, a constaté le correspondant de guineematin.com sur place. Depuis cette date, la route entre Moribadou et Ganga Est, cité où se trouve la société, reste toujours bloquée par les manifestants.

Dans un courrier adressé à la compagnie minière, signé par le Directeur sous-préfectoral de la jeunesse de Nionsomoridou, Youssouf Camara, la jeunesse de sa sous-préfecture, revendique les points suivants :

Le départ du BCEIP (Bureau de Consultation, d’Enquête, d’Intérim et de Performance) dans le processus de recrutement au sein de la compagnie Rio Tinto et ses sous-traitants ;

Donner la priorité à la sous-préfecture dans toutes les activités ;

L’annulation des appels d’offres dans les domaines de forage, de conduite des poids légers, de la maçonnerie, la menuiserie, la plomberie, l’aide cuisinier, le jardinier, le gardiennage, de pointeur, électricien.

Elle exige également sa prise en compte dans la gestion communautaire au sein de la société Rio Tinto,

Le recrutement dans les postes de responsabilité.

Mais aussi le fonctionnement du bureau de recrutement de la sous-préfecture et sa prise en charge ;

Sa participation au dépouillement des dossiers ;

Le développement communautaire,

Le lotissement de la localité, son électrification et son approvisionnement en eau, la santé, l’éducation, le marché, le centre culturel ainsi que le reprofilage des voies de communications de la sous préfecture.

Au moment où nous écrivions ces lignes (14 heures 10’, ce jeudi 24 juillet 2014), un camion rempli de policiers se dirigeait vers la sous-préfecture.

Déjà, on a annoncé à Guineematin.com Beyla que quatre véhicules appartenant à la compagnie Rio Tinto immobilisés par les manifestants.

A rappeler que la sous- préfecture de Nionsomoridou est située à 18 km à l’Est de du chef lieu de la Préfecture de Beyla.

Louis Haba Kolié pour Guineematin.com

Commentaires