Samba Camara, ancien directeur de  de la maison des jeunes de Labé Le collectif citoyen des jeunes opposés à Samba Camara a décidé d’organiser une nouvelle marche pacifique dans les rues de Labé ce jeudi 23 octobre, a appris le correspondant local de Guineematin.com d’une source proche des organisateurs.

Selon un des porte-paroles de ces jeunes, Mamadou Fazaziou Baldé, la démission de Samba Camara du poste de Directeur de la maison régionale de la jeunesse n’est pas suffisante. Il doit faire un peu plus d’efforts en rendant aussi les clefs du CECOJE (Centre d’écoute, de conseil et d’orientation des jeunes) : << Nous ne sommes pas du tout satisfaits. Il n’a rendu que la maison des jeunes et aujourd’hui la maison des jeunes n’est qu’un simple hangar. Le plus important se trouve donc au niveau du CECOJE. Tous les dons aux jeunes de Labé viennent au niveaux du CECOJE. Les projets et autres viennent au niveau du CECOJE. C’est le CECOJE qui est donc le plus important. Son départ de la maison des jeunes n’est que de la poudre aux yeux. >>

Pour Samba Camara, il n’est pas question de céder le CECOJE : << Quand ils se sont ressaisis, ils ont compris que brûler des pneus et insulter des gens ne pouvaient pas me faire bouger. J’ai quitté la maison des jeunes conformément à ma volonté exprimée depuis 2013. Mais, en ce qui concerne le CECOJE, je ne négocie avec personne. >>

Cette nouvelle donne qui montre l’inefficacité de la stratégie du gouverneur de région qui avait négocié le départ de Samba Camara de la maison des jeunes dans un contexte de crise a poussé les responsables du collectif des manifestants à rencontrer les autorités communales et préfectorales ce mercredi pour une ultime négociation avant le jour J.

Mais, cet entretien qui a durée de 11 heures à 17 heures- entre adversaires de Samba Camara, maire de la commune urbaine et secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de Labé- s’est soldé par un échec. Les jeunes voulaient au moins la suspension des activités juvéniles au CECOJE en attendant un accord consensuel n’ont obtenu aucune concession de la commission de médiation.

C’est dans ce contexte tendu que la ville de Labé aborde la journée de ce jeudi. Face à ce qui semble être une confrontation inévitable, des observateurs sont curieux de savoir comment manifestants et forces de l’ordre vont-ils se comporter ? La marche sera t-elle réellement pacifique ? Les agents de sécurité observeront ils une présence discrète sur le terrain ? Attendons de voir.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments