Ebola, aéroport, contrôle, défaillance Dans l’après-midi de ce samedi 8 novembre 2014, une mission de sensibilisation sur la maladie à virus Ebola a été attaquée à Coyah par une foule de personnes qui ne croient toujours pas à l’existence de cette maladie dans notre pays. Alors que la Guinée a enregistré, jusqu’au jeudi 6 novembre, 1 813 cas d’Ebola avec 1 079 décès !

Coyah, qui est l’un des foyers actifs d’Ebola qui pourvoie d’ailleurs des malades à Conakry (dont le centre de traitement de Donka a officiellement 31 cas dont 23 confirmés) a besoin plus que n’importe quelle autre préfecture d’être sensibilisée, mais les réactions de cet après-midi démontrent qu’un important travail reste encore à faire à ce niveau.

Selon les premières informations confiées à Guineematin.com par un habitant qui a contacté notre rédaction au téléphone, ce sont les habitants d’un village nommé ‘’Fiili’’- qui aurait été mis en quarantaine- qui se seraient révoltés ce samedi contre les membres d’une ONG qui y serait allée pour la sensibilisation.

Mais, plusieurs citoyens de Coyah contactés au téléphone par Guineematin.com ont rapporté des versions contradictoires.

Première version : La mort d’une femme enceinte

Pour la première version on nous a parlé de trois personnes qui auraient été « récupérées » à Coyah et conduites au centre de traitement d’Ebola à Donka (Conakry). Parmi ces trois personnes, deux seraient décédées. Et, hier, au lendemain de son admission, une jeune dame, enceinte, aurait appelé sa famille pour annoncer qu’elle se sentait très mal depuis qu’elle aurait reçu une injection au centre de traitement d’Ebola à Donka ! Et, l’annonce de sa mort, aujourd’hui, serait mal passée dans sa famille et les environs…

2ème version : La mort d’un jeune influent à Coyah 

La deuxième version confiée à Guineematin.com porte sur un jeune influent qui aurait été conduit de Coyah pour le centre de traitement d’Ebola à Donka. Apparemment pas très souffrant au départ de Coyah, ce jeune aurait perdu la vie à Donka ce samedi. Les autres jeunes auraient ainsi protesté contre la croix rouge…

3ème version : Une vieille malade qui nécessiterait une évacuation au CTE Donka

La troisième version recueillie au téléphone de Guineematin.com parle d’une vieille qui serait malade et que les agents de la croix chercheraient à évacuer au centre de traitement d’Ebola (CTE) de Donka (Conakry). Selon les défenseurs de cette version, ce sont les enfants de cette vieille et le voisinage qui se seraient opposés à cette tentative d’évacuation.

Enfin, la version officielle, donnée par le préfet de Coyah, Commandant Abdourahmane Kéita, joint au téléphone par Guineematin.com dans la soirée de ce samedi, c’est une mission de sensibilisation qui a été attaquée par des populations qui ne croient pas à Ebola. Selon le préfet de Coyah, la promptitude des renforts des forces de sécurité a permis de vite maîtriser la situation. Le véhicule de la croix rouge a été attaqué, comme le commissariat de police. Mais, le préfet a dit et redit qu’il n’y a eu aucun dégât humain, même pas de blessés, heureusement !

Bientôt un an que la République de Guinée a enregistré son premier cas d’Ebola dans sa région forestière. Aujourd’hui, cette épidémie a tué plus de mille guinéens (exactement 1 079 jusqu’au jeudi 6 novembre, selon les informations officielles). Elle a été exportée dans les autres pays, faisant un total de cinq mille morts, notamment en Guinée, en Sierra Léone et au Libéria. Malgré les discours pompeux et rassurants de certaines ONG de la place et de certains gouvernants qui prétendent réussir les sensibilisations sur le terrain, beaucoup de nos compatriotes continuent de nier l’existence de cette maladie, d’où les révoltes récurrentes contre des agents sensibilisateurs ici et là.

Nouhou Baldé

 

Commentaires