imageC’est à 15 heures 32 minutes qu’un des informateurs de Guineematin.com, qui était bloqué depuis le matin à Koliagbé, a pu atteindre la ville de Kindia. « C’est incroyable ! Il y a eu plusieurs tirs de gaz lacrymogène pour dégager le passage. Les jeunes manifestants ont caillassé plusieurs véhicules dont la 4×4 d’un militaire qui était allé chercher sa maman à N’zérékoré pour l’emmener à Conakry », narre un passant, au téléphone de Guineematin.com Selon nos informations, les pares-brises de plusieurs véhicules auraient fait les frais de la colère des jeunes qui manifestaient contre l’électricité. Les négociations du ministre des Guinéens de l’étranger, Sanoussy Bantama Sow, du Coordinateur général du projet Kaléta, Cheick Taliby Sylla (originaire de Foulah, Kindia) et du préfet de Kindia avec les jeunes n’ont rien pu faire avancer. Même une forte somme d’argent aurait été sortie sans pour autant faire reculer les manifestants qui ne se doutaient pas de l’impact rapide de leur mouvement. Contraints par des tirs à gaz lacrymogène des forces de sécurité, les manifestants répondront par des jets de pierres sur les véhicules et plusieurs innocents passants payeront les frais du manque d’électricité à Kindia… Depuis le petit matin de ce mardi 15 juillet 2014, les usagers de la route nationale nº1, Conakry-Kindia, sont bloqués à quelques kilomètres de la ville de Kindia par des manifestants qui réclament la fourniture du courant électrique. Une des promesses de campagne électorale du président Alpha Condé, en 2010, l’électricité est devenue beaucoup plus rare qu’avant son arrivée au pouvoir. Alors que le gouvernement dit avoir dépensé au bas mot un milliard de dollars US dans ce secteur…

Commentaires