Dans l’après-midi de ce jeudi 22 juin 2017, une importante rencontre s’est tenue dans la commune rurale de Kamsar entre les autorités locales, les sages et les jeunes, à la maison des jeunes de la dite commune, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Boké.

Cette rencontre a été organisée par le bureau de la jeunesse de Kamsar dans le but d’expliquer à leurs pairs l’état d’évolution des négociations après leur récente manifestation par laquelle ces jeunes exigeaient la fourniture du courant électrique.

Prenant la parole au nom des sages, le vice-président de la délégation spéciale de Kamsar, Elhadj Boubacar Dara Bah, a d’abord fait un bref compte rendu sur le cas des dix (10) habitants de Kamsar convoqués à la gendarmerie de Boké, avant de conseiller les jeunes de changer leurs méthodes de revendication, puis bénir pour le retour des bons sentiments.

« Quand Dieu veut sanctionner une communauté, il lui donnera des personnes âgées mais non sages. Parce qu’être vieux et être sage font deux. Et puis, dans un verset coranique Dieu dit :  » je ne changerai jamais ce qui est sur vous tant que vous ne changez pas vos comportements « . Donc, ce que je dirai à la population de Kamsar et surtout aux jeunes, c’est de mettre la balle à terre, se donner les mains pour le développement local. Alors, quelques jours après les manifestations, nous avons été convoqués au nombre de 10 personnes à Boké. Arrivée, on nous a dit que la liste est venue du haut commandement de la gendarmerie. On nous a interrogés un à un ; et, finalement, le procureur a ordonné de nous laisser rentrer. Mais, nous qui avons été interpellés, nous ne sommes pas fâchés. C’est le destin et c’est inévitable. Vous aussi, nous vous prions de rester calmes. Un sage ne se fâche pas ; sinon, il ne peut pas mobiliser. En bref, nous prions Dieu qu’IL ramène pour nous aux bonnes intentions ceux qui ont voulu brûler Kamsar. Nous ne maudirons personne, nous allons prier le Tout Puissant Allah de ramener les mal intentionnés sur le bon chemin », a prêché le porte parole des sages, Elhadj Boubacar Dara Bah.

S’adressant à ses pairs, le secrétaire à l’emploi des jeunes de Kamsar, porte parole des jeunes, N’Faly Daffé, a invité les jeunes à rester soudés pour empêcher toute infiltration des intrus venus d’ailleurs, dans le seul objectif de souiller la quiétude sociale à Kamsar. Il a annoncé d’ailleurs la mise en place, dans les jours avenirs, des comités de veille dans tous les districts et secteurs de Kamsar, qui pourront remonter les informations en temps réels au bureau sous-préfectoral de la jeunesse.

Sur la même lancée que son prédécesseur, monsieur Aliou Conté, le président de l’Union islamique de Kakandé, a appelé les jeunes au calme et à la retenue.

Pour sa part, le président de la délégation spéciale, Djibril Trésor Bangoura, a dit être étonné de ce comportement étrange des jeunes de Kamsar qui, en réclamant l’érection de Kamsar en préfecture, se mettent à casser le peu d’édifices qu’ils disposent. Et, avant de commencer son intervention, il a demandé à l’assemblée d’accorder une minute de silence pour la mémoire du jeune défunt Mohamed Conté, tué par balle lors de l’émeute.

« Jeunes de Kamsar, refusons la manipulation, refusons la guerre ! A la place des manifestations, je vous invite à ce qu’on se retrouve ici dans cette maison des jeunes. Nous discutons de tous les problèmes de Kamsar et les écrire tous sur papier, faire un mémorandum adressé aux sociétés minières. Mais, ce qui s’est passé ici cette fois est une agression des jeunes de Kamsar contre eux-mêmes. Sinon, comment est-ce que quelqu’un qui demande l’érection de Kamsar en préfecture, se lève pour casser la mairie qui n’a pas son deux en Guinée, casser le commissariat. Or, pour ériger une localité en préfecture, les infrastructures comptent beaucoup. Mais, franchement, je suis né à Kamsar ici, j’ai grandi ici et depuis l’an 2000 je suis régulier ici, mais je ne connais aucun chef de famille dans Kamsar qui peut conseiller à ses enfants de sortir faire ce que nous venons de voir. Alors, nous devons être vigilants, car notre ville est surpeuplée. Nous devons éviter de subir le fouet qui a frappé Fria », a essentiellement dit le maire Djibril Trésor Bangoura.

Enfin, avant les bénédictions des sages pour la paix, le sous-préfet de Kamsar, madame Sama Kaba, a pris la parole pour réitérer aux jeunes la volonté des autorités administratives à tous les niveaux d’œuvrer pour la satisfaction des besoins de la population. Elle précisera également que la justice est entrain de faire son travail pour punir les instigateurs de cette émeute qui a occasionné d’énormes dégâts matériels et une perte en vie humaine.

De retour de Kamsar, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 622 671 242

Facebook Comments

Guineematin