Comme on pouvait s’y attendre, l’augmentation unilatérale du prix carburant à la pompe la nuit du samedi dernier commence à faire des remous dans la capitale guinéenne. Depuis hier, la circulation est souvent perturbée dans la haute banlieue de Conakry. Et, dans la matinée de ce mardi 03 juillet 2018, les jeunes ont de nouveau remis ça, a constaté un reporter de Guineematin.com à Bambéto.

Le passage du prix du litre de carburant à la pompe de 8 mille à 10 mille francs guinéens fait des mécontents. Dans la banlieue de Conakry, des jeunes gens ont perturbé la circulation. Au niveau de Bambéto, dans la commune de Ratoma, des jeunes gens jettent des cailloux sur un des trois pickup de la gendarmerie. Les agents ne répliquent pas malgré la provocation. Très souvent mineurs, ils empêchent la circulation de se faire sur le tronçon Bambeto-Hamdallaye.

Par contre, les tronçons Aéroport-Bambeto-Kipé et Cosa-Bambeto sont fonctionnels. Mamadou Alpha Barry, un citoyen a confié à notre reporter qu’il comprend  » la colère des citoyens. Le gouvernement peut reculer et revenir à 8 mille francs guinéens, ce ne serait pas une faiblesse. Mais, une décision aussi impopulaire ne peut pas rester sans réactions ».

Selon lui, les syndicalistes ne lui inspirent pas confiance. « CNTG ou USTG, il ne faut pas les croire. Ils défendent leurs intérêts », dénonce Mamadou Alpha Barry.

De Bambéto, Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin