MamouComme annoncé par une dépêche de l’envoyé spécial de Guineematin.com au Mamou, un meeting géant est organisé en ce moment même (12 heures 38’) au domicile du secrétaire général de la ligue islamique régionale de Mamou, Elhadj Mamadou Barry par les populations de N’diaré, frustrés contre la libération de leurs bourreaux par le procureur de Mamou, Baïla Diallo.

Depuis 10 heures, les populations de N’diaré sont fortement mobilisées devant le domicile du chef religieux auquel il demande une intervention auprès des autorités judiciaires, notamment le procureur, monsieur Baïla Diallo, accusé d’avoir fait libérer certains auteurs des violences et actes de vandalisme pendant le malheureux conflit intercommunautaire qui avait opposé des populations voisines de Porédaka, il y a quelques mois.

Aux environs de 10 heures 15 minutes, le procureur de Mamou était venu en personne s’entretenir durant plusieurs dizaines de minutes avec le chef religieux. Pendant ce temps, les populations de N’diaré, fortement mobilisées (notamment des jeunes et des femmes), exigeaient la venue des autres autorités préfectorales.

Prenant la parole, le président du district de N’diaré, Elhadj Idrissa Diallo a délivré un message pathétique. « Nous étions plus de 85 à venir ici hier nuit. Aujourd’hui, je ne sais pas le nombre de personnes venues s’ajouter à nous. Certains sont venus de Kindia, etc. Tout cela, c’est parce qu’on est préoccupé depuis la libération de ces gens qui promettent de nous faire pire que ce qui s’est passé à N’zérékoré (…) ! C’est pourquoi j’exhorte les autorités à intervenir très tôt…», dit Elhadj Idrissa Diallo, en sanglot.

A 12 heures 42 minutes, notre envoyé spécial à Mamou annonçait la présence du préfet de Mamou, Mory Diallo, chez le respecté secrétaire général de la ligue islamique régionale, puis d’une forte délégation de la gendarmerie régionale.

Dans son message aux populations de N’diaré, de plus en plus nombreuses devant le domicile du chef religieux, le préfet de Mamou, Mory Traoré, a d’abord informé que les personnes libérées sont encore sous contrôle judiciaire, avant d’annoncer que ces huit personnes « seront ramenées en prison d’ici le soir ! Sinon, c’est la gendarmerie qui va s’en occuper »…

Pour sa part, le chef religieux, Elhadj Mamadou Barry, a rappelé que « ce qui peut aider le président de la République. Donc, oeuvrez pour la paix ! », a exhorté le respecté sage au préfet de Mamou.

A suivre sur Guineematin.com, avec notre envoyé spécial à Mamou, Abdoulaye Oumou

Facebook Comments