mory-condeEn prélude à l’ouverture prochaine des classes, prévue a priori au début du mois d’octobre, un reporter de Guineematin.com est allé à la rencontre de monsieur Mory Condé,  proviseur du collège-lycée Bonfi, dans la commune de Matam. Il a été question entre-autres du niveau d’avancement des préparatifs pour la reprise des cours, mais aussi des difficultés qui assaillent son école.

Guineematin.com : Bonjour monsieur Condé. Nous sommes à un peu plus de deux semaines de l’ouverture des classes, dites-nous l’état d’avancement des préparatifs dans votre école.

Mory Condé : bonjour et merci à vous. Depuis  le 1er septembre, nous sommes entrain de résoudre beaucoup de problèmes. Nous sommes très avancés dans l’élaboration de l’emploi du temps et tout est fini d’ailleurs sur ce plan. On est actuellement sur l’élaboration des registres d’appel, des cahiers de textes. Et cette année nous évoluons avec 30 groupes pédagogiques pour 22 salles de classes. Il faut savoir qu’un groupe pédagogique c’est une classe avec ses professeurs. Si on prend par exemple la 7ème année, il y a trois groupes pédagogiques qui gèrent cette classe.

Guineematin.com : les documents que vous venez de citer, les registres d’appel, les cahiers de textes,  comment avez-vous fait pour les avoir ?

Mory Condé : nous nous adressons à un imprimeur qui fait ça chaque année. Et selon le nombre de groupes pédagogiques on commande le nombre de registres et de cahiers de textes. Donc, on a besoin au moins de 30 registres et de 30 cahiers de textes parce qu’à chaque classe correspond un cahier de textes et un registre d’appel. Les frais, c’est l’école qui les supporte.

Guineematin.com : que peut-on retenir des effectifs dans les salles de classes ici au lycée Bonfi ?

Mory Condé : vous savez, dans les écoles publiques, les effectifs sont très élevés. Cela est dû à beaucoup de problèmes que nous gérons, mais en ce qui concerne le lycée Bonfi, on est entrain de se battre pour régulariser les effectifs. A l’heure qu’il fait, les effectifs par classe varient entre 60 et 70 élèves. Mais, c’est toujours le système de roulement, il y en a qui viennent le matin, d’autres les après-midi. Sur les 30 groupes pédagogiques, il y a 22 qui passent le matin et les 8 autres le soir. Et, nous évoluons actuellement avec environ 2 700 élèves.

Guineematin.com : dans quel état se trouvent aujourd’hui les infrastructures ici à Bonfi ?

Mory Condé : je dirais que l’école a vraiment vieilli. Les infrastructures ont vieillissantes. Certaines salles de classes coulent beaucoup et nous nous sommes débrouillés pour colmater certains trous et éviter le pourrissement des tables-bancs. Mais ce n’est pas garanti tout ça. Nous nous sommes adressés aux autorités pour qu’elles nous viennent en aide afin de sauver les infrastructures de l’école. On est passé d’abord par la Direction Communale de l’Education et puis on a informé le département et je sais qu’ils viendront pour nous assister. Vous savez,  le lycée Bonfi a formé beaucoup de cadres qui sont aujourd’hui en fonction, à qui nous demandons aussi de venir nous assister. C’est un grand lycée qui a formé beaucoup de cadres. Donc, nous profitons de cette opportunité pour demander aux anciens d’ici de penser à leur école et à toutes les bonnes volontés.

Guinematin.com : merci monsieur Mory Condé

Mory Condé : merci à vous aussi.

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

 

Facebook Comments