Grâce à l’ultimatum lancé par les autorités communales à l’endroit des bouchers de Labé, le prix du kilogramme de viande est revenu à 30 000 GNF à la boucherie où l’on se plaint de rareté et de la cherté des bœufs, rapporte une correspondante de Guineematin.com dans la préfecture.

Selon, Moussa Pathé, un des plus vieux bouchers de la préfecture de Labé, « on vendait le kilo à 35 000 GNF. Mais, le président de la Délégation Spéciale nous a intimé de vendre à 30.000 GNF le kilo. Comme c’est une autorité, on ne peut que se plier à sa décision. Il nous restait 6 bœufs. On les a immolés et vendus à 30 000. Mais, nous ne pouvons pas trouver un bœuf pour vendre à 30 000, puis qu’ils ne nous ont pas aidés. Ils n’ont qu’à dire aux éleveurs de diminuer le prix des vaches. Quand nous partons là-bas, nous payons 10 000 GNF pour entrer dans le lieu où sont vendues les vaches. On paye le transport à 50 000 GNF par vache, la taxe d’abattage à 20 000 GNF, le transport de la viande à 10 000 GNF, à ceux qui coupent la viande nous donnons 3000 GNF. Si c’est comme ça, on ne refuse pas. Mais, on n’a pas de bœufs ».

Les bouchers n’excluent pas alors de rencontrer les autorités communales pour trouver un terrain d’entente.

« On veut aller voir le maire de la commune pour trouver un terrain d’entente. Qu’il nous aide ! Sinon, ce n’est pas de notre faute. Beaucoup ont fuit à cause des dettes. Dix jeunes ont fuit ici à cause des dettes. On a abattu ces bettes et on a vendu à 30 000 GNF. Mais la perte sur cette vente se chiffre à un million de francs guinéens ».

Au regard des cette situation, il risque bien d’avoir une autre crise de viande à Labé. A moins que les autorités communales et bouchers s’entendent.

Il faut tout de même préciser que depuis trois mois, les populations de Labé font face à une crise de viande sans que solution ne soit trouvée.

De Labé, Kadiatou Diallo pour Guineematin.com

Commentaires