un mort d'EbolaC’est dans un tout nouveau bilan rendu public ce vendredi 10 octobre que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a annoncé cette mauvaise et très grave nouvelle ! Le cap de 4 000 morts est franchi, avec exactement 4 033 décès et 8 399 cas enregistrés dans sept pays. Mais, comme on le sait, ce sont surtout la Guinée (d’où est parti le virus, 778 morts) et ses deux voisins, le Libéria (2 316 morts) et la Sierra Léone (930 décès), qui sont de loin les plus durement victimes de cette fièvre hautement mortelle.

Les autorités de notre pays se reprocheront longtemps d’avoir négligé une grave épidémie qui a endeuillé des centaines de nos compatriotes avant d’atteindre les pays voisins, puis loin de Conakry et de la Guinée Forestière…

Malheureusement, nos gouvernants ne semblent toujours pas aller vers la direction d’une vraie riposte contre Ebola, en choisissant d’envoyer des ministres, directeur nationaux, conseillers, gouverneurs, préfets, déjà impopulaires et complètement méconnus de leurs interlocuteurs avec un comportement, des accoutrements, des gestes et un langage méconnus des villageois qui craignent et se méfient de ces ‘’étrangers’’ dont ils sont totalement différents… Alors que des ressortissants, malades guéris d’Ebola et autres sont ignorés…

Plusieurs compatriotes doutent encore de la véracité de l’existence de cette épidémie dans la capitale guinéenne comme à l’intérieur du pays. Une situation qui ne peut que favoriser la propagation de la maladie et mettre le plus grand nombre à risque.