peche-et-aquaculture-jpg0Dans le cadre du processus d’adhésion de la Guinée à l’initiative internationale pour la transparence dans le secteur de la pêche (FITI), le gouvernement organise, dans un réceptif hôtelier de Conakry deux journées d’atelier d’information et de sensibilisation sur la transparence dans le secteur des pêches en Guinée, à partir de ce jeudi 15 décembre 2016.

La cérémonie d’ouverture qui s’est déroulée ce matin a réuni, autour du ministre des pêches, de la l’aquaculture et de l’économie maritime, André Loua, outre les cadres de son département et le secrétaire général du ministère des affaires étrangères, Hady Barry, l’Honorable Dian Baïlo Diallo de l’Assemblée nationale, les représentants du secteur privés, le représentant du Partenariat régional pour la gestion côtière (PRCM), Bah Thiorno et du Président du groupe consultatif international de la FITI, Peter Eigel, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

peche-et-aquacultureDans sa communication, Hady Barry, le premier intervenant a, au nom de madame la ministre des Affaires étrangères et des guinéens de l’étranger, dit l’engagement de son département d’accompagner l’initiative pour le bien de la population guinéenne.

De son côté, Pr Peter Eigel, ancien président de l’ITIE (initiative pour la transparence dans les industries extractives) et membre de la FITI, a indiqué l’objectif de la rencontre axée sur la transparence dans la gestion des ressources maritimes. « La FITI cherche à faire de la pêche un secteur durable et rentable », a souligné Peter Eigel.

Selon lui, la FITI est déjà présente dans les pays comme l’Indonésie, le Sénégal, les Seychelles et la Mauritanie qui sont désormais engagés dans le processus de transparence dans le secteur de la pêche. Et, cet atelier « s’inscrit dans le cadre de  l’engagement de la Guinée pour la réussite des objectifs de la FITI », a-t-il précisé aux participants.

De son côté, le représentant du PRCM, M. Bah Thierno, parlant de la pêche, a souligné ce que représente ce secteur pour pays comme la Guinée dont la façade maritime s’étale sur 300 km de côtes. « C’est un des secteurs piliers de l’économie. La pêche est une source importante de devise, et est pourvoyeurs d’emplois pour l’Etat », a expliqué M. Bah.

peche-et-aquacultureLe ministre des pêches, de l’aquaculture et de l’économie maritime, présidant l’ouverture de l’atelier après le souhait de bienvenue aux participants, a dégagé l’importance de la tenue d’une telle rencontre à Conakry. « Le poisson est une source de protéine pour l’homme et une source de recettes pour l’Etat », a dit le ministre.

Toute fois, rappelle t-il, « la pêche illégale est une menace pour la stabilité des ressources halieutiques et l’alerte a été récemment lancée par la FAO pour une bonne gouvernance dans la pêcherie ».

Dans son intervention, André Loua est revenu sur la genèse de cette rencontre, dont le processus a démarré au moment où la Guinée «était sur la liste noire de l’Union Européenne des pays tiers non coopérants ».

Multipliant les efforts et les gestes de bonne volonté pour changer la donne et redorer le blason du pays, le gouvernement est parvenu à effacer le pays de cette liste et réussi à établir un programme de partenariat avec l’UE dans divers domaines, a rassuré le ministre de la Pêche. C’est dans ce cadre, toujours selon M. Loua « que la Guinée a été encouragée par l’Union Européenne à intégrer le processus de la FITI qui milite pour une plus grande transparence dans le secteur », a expliqué M. loua aux participants avant de dévoiler les objectifs de l’atelier.

Selon lui, l’objectif principal vise « à renforcer les instruments de transparence et de participation des acteurs non étatiques dans le processus d’élaboration et de mise en œuvre de la politique des pêches en Guinée ». Ce qui exige des recommandations pertinentes en vue de contribuer entre autres, à la réduction de la pauvreté, à la création de l’emploi, à la protection de l’environnement, au développement du secteur de la pêche, … a conclu M. loua avant de lancer les travaux de l’atelier.

Rappelons que cette rencontre permettra également la cinquantaine de participants de formuler des recommandations visant une meilleure transparence dans l’attribution des licences de pêche et dans la conclusion des Accords de pêche. Un domaine qui a toujours focalisé les attentions, notamment au niveau  de la mobilisation des recettes de l’Etat. Cet atelier permettra également de préparer la Guinée à la rencontre internationale de Billy en avril prochain, qui sera consacrée au baptême de feu de la FITI.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél. : +224 628 08 98 45

Commentaires